Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Cru, cruauté, cruel- (Os)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izzy Berger
avatar

au laboratoire Cinq Flèches

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Hypnose
Look Actuel:

MessageSujet: Cru, cruauté, cruel- (Os)   Ven 17 Oct - 20:55

Leave all behind now to watch her crawl
Through our dark gardens of insanity
Just show me her life worth living for
And light up the dark ♫

Du sang. Du sang, du sang et encore du sang. Qu'importe l'endroit où mes yeux se posaient, ils ne pouvaient se détourner de l'insatiable vérité. Je le sentais couler dans mes veines, à chaque seconde, volant un peu plus de la bonté de ce monde pour permettre à cette mauvaise existence de continuer un instant à vivre.
Je frémis, mon corps se figea dans une tentative désespérée pour le recracher. Mais c'était trop tard. La vie disparue, évaporée. Pas la mienne, certes, mais celle de gens valant mieux que moi.

Les hallucinations se poursuivaient, flash rapides de terribles scénarios, des images que j'aurais aimé occulter. Les cris fusaient, les corps se contorsionnaient dans une horrible expression de douleur. Je les voyais gémir, je les voyais mourir.
Seule au milieu de tout ce carnage, recroquevillée sur moi-même dans un coin de ma propre maison, incapable de discerner le faux du vrai, je me sentis pleurer.
A l'agonie, je gémis, telle une bête blessée, bien plus que désarmée...

La santé d'esprit... C'est un combat de tous les jours. De toutes les nuits. Mais je suis si épuisée de lutter, fatiguée par un monde qui petit à petit me tue. Et je vois ce sang sur les murs et sur le sol, serrant contre moi-

Hurlant, pleurant, sanglotant.
Tout avait commencé à disparaitre, à s'effondrer dans cette torpeur de mort. Mais au moins 'elle', Elle, avais-je pu la sauver de cet-

Car la vie est un enfer. Une 'longue maladie dont on ne guéris pas', une malédiction que l'on souhaiterait épargner aux autres.
J'ai essayé, ha ! Comme j'ai essayé !
Mes membres squelettiques courbés et noués les uns sur les autres, dans une malheureuse tentative de se défendre contre ce monde si cruel.

J'entends Opal. Mon cher, si cher, mon tendre Opal. Mon aimé, cette raison de vivre, cette raison de s'abandonner entre des doigts chéris, devenir la poupée sans âme, la marionnette sans vie, celle qui n'a plus à souffrir des tourments de ce monde. Fallait-il que je tranche ces fils à coups de hache !
Pardonne-moi mon tendre, si j'avais pu en avoir le choix, tu serais toujours là, si monstrueux que tu étais.

Un châtiment. De sa part, cela ne me dérange nullement. Qu'il me tue, qu'il me tranche à moi aussi la tête- ne l'ais-je déjà pas perdue ? Après tout... Est-ce que je ne le mérite pas ?

Des mains reliées à des fils fauchaient la vie, tailladaient la chair, ignoraient les pleurs et les supplications. Une malheureuse poupée dansait au gré du vent, les yeux versant des larmes de sang. Ses maîtres devaient-ils être aussi méchants avec la délicieuse enfant ? Pourquoi ne m'as-t-on pas laissé de chance ?

Je voulais être quelqu'un de bien.

Là, là, ne pleure plus, ma chérie.

Du sang éparpillé et je ris. Je souris au tendre minois. A celui qui ne pleurera plus jamais. A celui dont la tête-

Fallait-il que...

- Non !


Un hurlement d'animal plus qu'un cri pour celui qui, désormais muet d'horreur, figé de douleur, réalise l'irréalisable. Je relève vers lui un visage fatigué et lui montre du doigt le reste du corps.

- Elle ne... pleurera plus jamais maintenant. Je l'ai coupé de ce monde cruel, tu vois...

Il tremble. Pâle comme la mort, ses yeux se portent soudainement sur le cadavre. Il chancelle, peut-être va-t-il tomber, remuer le sang stagnant sur le sol.
Mais Neron n'est pas ainsi.

Pas l'intelligent, le perspicace, le savant Neron. Lui, si débrouillard, me pousse soudainement, arrachant d'entre mes griffes plantées la pauvre petite tête apeurée. Il la rapproche du corps encore remuant, recolle la bouille dont les nerfs affolés ne cherchent qu'à revoir leurs semblables. Les veines, comme d'énormes tentacules, grouillent à la recherche de leur point d'attache originel. Du sang s'écoule des yeux révulsés et de la bouche de la pauvre victime. Elle est agitée de spasmes, convulse.

- Espèce de monstre !

J'ai mal. Aucune idée de la provenance de la douleur. Quelque chose fuse à travers ma tête. Un cri, aigu, perçant. Pas le mien. Pas le sien non plus. Quelque chose, quelqu'un...

_____________________________________________________________________________________

<< you've met with a terrible fate haven't you >>
Revenir en haut Aller en bas
 

Cru, cruauté, cruel- (Os)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ¤ Personnage le plus cruel/sadique ¤
» Le jus d'orange est cruel ♥
» Haiti en Marche: Entre Duvalier et les autres, reste une cruauté absolue
» kat :"Aristide est Cruel et Ingrat! POURTANT POUR ELLE MARTELLY EST UN SAINT !
» Le spectre du Bénou étoile céleste de la cruauté [ok]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Manoir Berger :: Salon-