Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Échec et Mat /OS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izzy Berger

au laboratoire Cinq Flèches

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Hypnose
Look Actuel:

MessageSujet: Échec et Mat /OS   Sam 26 Avr - 11:24


But the heart is black
And the world is cold
And there's no hope

Agripper un fragment de vie à deux mains pour le regarder embraser le monde entier. C'est un peu mon destin, à chaque fois que je m'attache à quelqu'un... Il s'agit de la mauvaise personne.
Zune toussait. Cela faisait deux nuits qu'elle toussait. Elle tentait de me le cacher et faisait comme si elle s'en fichait, mais on avait toutes les deux compris que quelque chose n'était pas normal. Elle m'a dit "Tu ne peux pas le laisser enfermer durant toute l'éternité". Et j'ai regardé Jûmon et je n'ai plus sû quoï penser.
Alors nous sommes sortis, tous les deux. Jûmon était caché sous une lourde capuche qui empêchait aux autres de voir les traces de la maladie lui rongeant la peau. Je regardais ses yeux émerveillés, un peu comme ceux d'un enfant. Sa dernière sortie avait été plus que brève et il avait perdu l'espoir de revoir à nouveau la couleur du ciel. Les rues de l'Heart étaient magnifiquement éclairées et nous marchions doucement. Il errait d'un coin à l'autre du chemin, observant chaque boutique avec un renouvellement d’intérêt constant. Je souris. Il ressemblait vraiment à un enfant. Mes yeux revinrent vers le ciel et je voyais les étoiles étinceler comme jamais. Dans un coin de rue, un esclave jouait du violon pour quelques pièces. J'en déposais et rejoint l'Expérience.
J'étais apaisée, heureuse, et je commettais la plus grosse bêtise de tous les temps. Les secondes défilaient doucement et je dois dire qu'il était rare que j'ai à savourer de tels instants. Lors d'un moment, cependant, un enfant curieux tira sur sa veste et la capuche tomba. Jûmon la remit d'urgence mais déjà l'enfant s'était enfui, horrifié.
Le goût en devint amer et je concluais qu'il était temps de rentrer. Mais alors que nous nous apprêtions à retourner à l'endroit qu'il n'aurait jamais dû quitter, il y eut cette sirène d'alarme. Elle n'avait pas retenti depuis des décennies. A vrai dire, je n'avais pas souvenir de l'avoir entendu dans ce pays sinon lors des catastrophes de Nekotopia.
J'attrapais son bras et l'entraînait à l'abri. Dans les rues, des voitures hurlaient d'un haut-parleur : Rentrez tous chez vous et enfermez vous à double tour ! Un virus inconnu a été détecté dans la région, personne ne reste dehors tant que nous n'en savons pas plus !

Une 'bêtise', c'est un peu trop aisé à dire. J'avais renoncé à mon étique, libérant un sujet d'Expérience. Je l'avais laissé sortir en pleine rue, à mes côtés. Mais là où les choses commencent sérieusement à déraper, c'est qu'il s'agissait d'un sujet de test contagieux.
Naïvement, je m'étais dis qu'après l'épisode de résurrection, son corps aurait éliminé la maladie mais j'avais été trop optimiste.

J'étais désormais adossée contre un mur dans cette cave qu'il n'aurait jamais dû quitter et je jouais avec des graviers que j'avais ramassé sur le sol. De temps à autre, je lui jetais un regard, à lui, assis en face de moi, le visage défait. Ses yeux rencontraient parfois les miens et je voyais combien il était inquiet de ce qui se passait.
Si tout cela était un plan de Zune pour me faire passer un message, je me doutais qu'elle s'y était plutôt mal pris. Jamais je n'avais autant regretté de m'être attaché à une Expérience depuis Opal. Au fond, c'était certes un exploit, mais les conséquences engendrées par cela étaient terribles.
Oni et Raito étaient eux aussi menacés. A vrai dire, tous les Vampires que moi ou Zune avons fréquentés depuis pouvaient être tombés malades !

Maintenant, partons du fait que le virus était auparavant destiné à infecter les Guerriers de Gaïa, à les détruire. Prenons en compte le fait que ce virus est devenu virulent pour les Vampires... Cela signifie qu'il risque de nous tuer nous aussi. Enfin... Si tant est qu'un Vampire peut mourir.
Le virus en lui-même était assez semblable à la lèpre. Bien qu'au départ, cela se repérait par une simple toux, la peau commençait à se dessécher et à craqueler. Des crevasses apparaissaient alors et se mettaient à suinter de pus. La toux allait en empirant au fur et à mesure que l'infection devenait profonde. La mort, par asphyxie s'en suivait, mais au bout de plusieurs mois d'agonie.

Le virus n'avait pas eu le temps d'être testé. Jûmon était le seul sujet test concerné par cet échantillon et sa transformation en Vampire n'avait fait que nous laisser incertains sur le sort réservé aux destinataires originels. Quant aux Vampires... Si Jûmon avait bien vécu ces premières semaines d'affaiblissement, son état était désormais stable bien que son processus de régénération soit devenu aléatoire.

Cela m'effrayait de penser à quel point j'avais gaffé. Mon métier était de sauver les gens et voilà que je venais de lancer un fléau sur le pays tout entier ! Dans un autre sens, j'étais plutôt heureuse que personne ne puisse deviner que moi ou Zune étions concernées par cette histoire. Enfin... 'Heureuse', non. Soulagée, oui. Les conséquences auraient étés encore plus terribles pour ma famille si le laboratoire avait compris qu'Izzy Berger avait merdé encore une fois.
Il ne restait plus qu'à espérer que l'antidote soit vite trouvé. En attendant, j'allais faire comme la plupart des citoyens et respecter le processus de confinement. Je n'avais pas tout à fait les idées claires et je risquais de me trahir en retournant au laboratoire. Je les soupçonne de lire dans les pensées de leurs scientifiques pour vérifier qu'ils ne les trahissent pas. De plus, les Ouroboros sont interdits à l'intérieur des locaux. Je n'ai jamais eu confiance en eux, que cela soit mes supérieurs ou mes collègues. D'ailleurs, je ne pense pas qu'il puisse réellement y avoir des relations de confiance dans un tel endroit. Tout le monde soupçonne tout le monde de trahir le règlement et les ragots filent comme des fusées à travers les couloirs. Après tout, quel genre de plaisir pourrait-on prendre à trainer dans un endroit où c'est vous qu'on met dans la cage à la moindre infraction ?

Si je me suis tu sur les Expériences nées derrière les barreaux, tout comme Opal, Jûmon ou même Beyond, j'ai toujours pensé que les collègues qui se retrouvaient par la suite sujets de tests n'avaient vraiment pas fait le bon choix quant à suivre ce métier. Je ressentais de la peine pour eux. De même pour ceux que le laboratoire capturait pour nous avoir espionnés de trop près. Lorsqu'il s'agissait d'un curieux, je me sentais mal pour lui. Mais lorsqu'il s'agissait d'un espion d'Hémato... Je dois dire que je vengeais ma petite sœur avec un sadisme plus qu'effrayant !

Au début, lorsque je suis entrée pour la première fois dans ces locaux blancs qui me rappelaient quelque peu un hôpital, la première fois que j'ai déambulée dans ces couloirs sentant le désinfectant et l'eau de javel... J'étais émerveillée. Je n'en croyais pas mes yeux et la technologie utilisée me laissait bouche-bée. La première fois que j'ai eu à faire une piqûre à l'un des sujets tests, cela s'est bien passé. Il en est mort le lendemain, le mélange n'étant pas au point. Lorsque je me suis rendue compte qu'il était mort par ma faute, cela a été plus dur à encaisser.
Mais enfin, tout ça, ça date d'il y a plus de deux cent cinquante ans ! Maintenant, quand je tue par erreur ou hasard une Expérience, j'hausse les épaules et en demande une suivante !
Sauf de rares cas.

Je ne pouvais pas savoir pour Opal, mais depuis, je m'étais jurée de ne plus commettre l'erreur une seconde fois. J'ai vaguement tenue le coup durant plusieurs décennies puis il y a eu Lelio. Lelio n'était pas né au laboratoire, j'ai utilisée cela comme prétexte pour m'accorder bonne conscience au moment où je le libérais.
Puis Beyond. Un moment d'hésitation, de clémence, et voilà que je récupère dans mes locaux une expérience dont Frankenhooker allait se débarrasser ! Un clone d'une personne détestable, au passage. Je m'y étais attaché juste assez pour le garder en vie mais cela aurait bien fini un moment ou à un autre. Mes collègues se moquaient de moi, Frankenhooker craignait que je recommence la même histoire que celle d'Opal et il ne se gênait pas pour me rappeler de douloureux souvenirs. J'aurais craqué une nuit ou une autre.
Mais cet imbécile s'est échappé. Puis il a voulut s'en prendre à Zune et je n'ai jamais autant regretté d'avoir épargné quelqu'un. Même si la situation s'est 'arrangée' entre eux, son caractère instable face aux actes irréfléchies de ma sœur ont déjà prouvés qu'il était dangereux pour elle. Il suffit qu'une idée étrange passe dans la tête de Zune, et j'aurais la mort de l'insupportable Vampire sur ma conscience !

La dernière exception fut pour Jûmon et encore une fois, je la dois plus à l'insistance du sujet qu'à moi-même. Puis aussi et encore à Zune, qui ne fais réellement que chercher à me rendre folle. Mais je dois dire que j'étais contente d'avoir quelqu'un pour remplacer Neron en tant qu'assistant. Non, les choses ont commencées à aller de travers à partir du moment où Zune l'a ramené à la vie... En dehors du laboratoire et où il a fallut s'occuper de cette âme en peine vampirisée.


- Si tu me tuais, tout serait plus simple.

J'avais une dette envers lui. Peut-être même plus d'une. Il arrive parfois qu'on désespère au point de se perdre. J'étais contente d'avoir un quelque chose ressemblant à un ami, même pendant quelque temps. Ce jour où le chef de projet avait décidé de s'en débarrasser, les Traqueurs avaient tout simplement ouvert les fenêtres anti-UV de la salle de confinement. Ils avaient certainement peur d'infecter le centre crématoire, voir tout le labo en l'y transportant. En manque de sang ainsi que de sommeil, je n'avais pas vraiment réfléchie. J'avais enfoncée la porte et m'étais jetée dans la fournaise des rayons de soleil pour l'en sortir. Il m'a poussé en arrière, je suis tombée en sureté, dans le couloir et lui a brûlé.
Et c'est vraiment bizarre pour une Expérience de réagir comme ça. Pour une Vampire faible et dérangée, pourquoï pas, mais pour une Expérience ? Il y a-t-il vraiment quelque chose à gagner à sauver un de ses tortionnaires ?


- Pourquoï ? C'est trop tard, maintenant que l'infection s'est répandue.

Et il allait continuer à propager ce virus, à contaminer ceux qu'il approcherait, que l'on trouve un vaccin ou pas. Un remède ou pas. Mais lui mentir me permettait de gagner encore un peu de temps. Celui de trouver une solution, surement.

_____________________________________________________________________________________

<< you've met with a terrible fate haven't you >>
Revenir en haut Aller en bas
 

Échec et Mat /OS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» Nuage de Souris ♂ - La chute n'est pas un échec, l'échec c'est de rester là où l'on est tombé.
» [Activité] Partie d'échec géante !
» L'échec d'Haïti, c'est l'échec de tous.
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Entrepôt Désaffecté-