Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un visiteur inopportun [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arashi Subarashi
avatar


Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Un visiteur inopportun [OS]   Mar 22 Avr - 20:36

DING DONG… DING DONG… DING DONG DING DONG

Putain de sonnerie… Refermant ses cahiers d’un air blasé, Arashi se décida enfin à se lever et aller voir qui était cette personne qui sonnait avec tant d’insistance chez lui…
Oh, bien sûr, pour nombre de personne aller ouvrir quand quelqu’un sonnait était d’une logique implacable, mais pas pour le vampire… Les seules personnes qu’il connaissait, et qu’il voulait voir, ne prenait jamais cette peine, si bien que la sonnette était pour lui plus souvent synonyme d’ennuie que de bonne compagnie… D’autant plus que le blanc attendait depuis déjà plusieurs mois que son amie Zune lui donne de ses nouvelles, et il commençait doucement mais sûrement à s’impatienter…
Il avait eu la visite de sa soit disant grand-mère, et maintenant ça… Il n’avait aucune idée de qui ça pouvait être et, à dire vrai, n’était pas sur de vouloir le savoir…
Etait-ce sa dite grand-mère qui était revenu afin de l’obliger à aller parler à sa soi-disant fille ? C’était fort probable, mais le vampire ne se sentant pas le moins du monde près à sauter ça pas !
Certes, il avait toujours voulu avoir une descendance, il aurait donc dû être plus que ravi de cette révélation, mais il était surtout perdu et incapable de trouver les mots pour sa présenter à elle… « Coucou, je suis ton papa ! Désolé d’avoir pris 15ans à te voir mais tu vois, je n’étais même pas au courant de ton existence jusqu’à y’a peu… Ta mère ? Ah… Sûrement une de mes amante… Son nom ? Aucune idée, j’en ai eu tellement que j’ai aucune idée de laquelle pourrait t’avoir donné naissance, d’autant plus que tu es vampire comme moi et non de son espèce à elle… » Super… Si avec ça sa fille ne lui claque pas la porte au nez, c’est qu’elle était encore plus patiente que lui !
Soupirant une énième fois il se décida enfin à descendre les escaliers quatre à quatre et venir ouvrir la porte d’entrée dans un sourire faussement détaché, sourire qui mourut sur ses lèvres dès l’instant où il reconnut son visiteur…
Comment l’avait-il retrouvé ?

« Yo’ Ara, ça va ? »


Demanda celui-ci, un sourire taquin, presque malsain, étirant ses lèvres. Sans prendre la peine de répondre l’ainsi nommé tira d’un coup sec sur sa porte dans l’espoir la fermant au nez de son visiteur, mais c’était sans compter sur le pied de celui-ci, bloquant la porte et empêchant ainsi le vampire de la refermer totalement.

« Pas de chance, j’avais prévu que ma venue te ferais faire quelque chose dans ce goût-là ! »

Sourit-il, d’un air encore plus malsain qu’avant, avant d’ouvrir une nouvelle fois la porte et pénétrer à l’intérieur du manoir sans une seule once de gêne, inspectant l’intérieur d’un regard plus qu’avide

« Jolie chez toi dit donc, à ce demandé ce que tu foutais à Esgal… »


Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’Arashi avait violement refermé sa porte d’entrée d’un air paniqué, non sans omettre de lancer un regard effaré au garçon devant lui

« duin… Bon sans Ara, t’es pas croyable ! Tu vas pas me dire que t’as peur qu’une mouche venant de dehors ne m’entende ? »


Se moquant, celui-ci semblait prendre un malin plaisir à mettre son hôte dans l’embarras. Hôte qui d’ailleurs le fusillait du regard avec une telle intensité qu’il se demandait si l’homme face à lui avait une once de bon sens pour rester aussi stoïque devant sa menace muette… Mais la réponse, il la connaissait déjà : Non

« Qu’est-ce que tu fou là Daïchi ? »


Demanda finalement le blanc, exaspéré mais ne pouvant faire autrement que de parler à cet être qu’il savait pertinemment capable de parler dans le vent pendant des jours jusqu’à ce qu’Arashi daigne enfin s’intéresser à lui… Le dénommé Daïchi sourit, s’installant sur le canapé sans même y avoir été invité, avant de déclaré d’un air amusé

« Tu t’es enfin décidé à parler ? Pas mal, la dernière fois il m’avait fallu insister trois heures pour que tu daigne me répondre… Comme quoi tu commences à me connaitre… Quand à ce que je fou là, j’ai pas le droit de venir voir un vieil ami ? »


Il souriait toujours, mais Arashi ne lui rendit pas son sourire.
Oui, il le connaissait bien, trop bien même, et c’est sûrement cela qui exaspérait le plus le blanc…
Quant à leur prétendu amitié, tous deux avaient été nombre de chose, mais certainement pas des amis !

« J’ai pas de temps à perdre, plus vite tu m’auras dit pourquoi t’es là et plus vite tu partiras… Donc je me répète : Qu’est-ce que tu fou là ? Et ne me dis pas que tu voulais me voir par pur courtoisie, on sait tous les deux que c’est faux… »


Daïchi se mit à rire, d’un rire bien trop déplacé pour être réel, avant de faire un clin d’œil au propriétaire des lieux et l’inviter à prendre place à ses cotés sur le sofa. Se mordant la lèvre afin de ne pas faire remarquer au second vampire (car oui Daïchi était un vampire) que c’était sur SON sofa qu’il l’invitait, et que c’était donc totalement déplacé, Arashi s’assit silencieusement et attendit que l’autre prenne le parole

« Tu veux baiser ? »


Proposa-t-il finalement, laissant le blanc pantois, incapable d’émettre le moindre son… Dire que cette proposition étonnait Arashi serait mentir, mais de là à l’entendre distinctement… ça l’avait sonné… Comment pouvait-il proposer ça avec tant de naturelle, après tout le temps qui c’était écoulé depuis leurs dernière rencontre ?

« Enfin… Si tu me promets de ne pas fondre en larme dans mes bras cette fois… C’était quelque peu embarrassant… »


Connard… Serrons les dents, Arashi fit tout son possible pour garder son sang-froid, sachant pertinemment que l’autre n’attendait que de le faire réagir, et il ne voulait pas lui donner cette satisfaction…
Il n’avait pleuré qu’une fois, une unique fois, lors de leur première nuit ensemble, et cet enfoiré s’en souvenait encore… C’était pourtant il y a plus de 3 siècles maintenant…

« T’as dit ce que t’avais à dire ? Maintenant sors de chez moi ! »


Murmura le blanc, d’une voix ferme, regardant toujours son ancien amant dans les yeux… Oui, ils avaient été nombre de chose : Amant, ennemis, mais certainement pas des amis…

« T’as réussi à oublier ton Takasuki ou je sais plus trop qui ? »


Et voilà, on y était, ou comment faire comprendre à l’autre qu’il n’avait rien oublié de ses confidences et qu’il tenait ses craintes passé, toutes ses faiblesses, au creux de sa main…
Car oui, Daïchi fut la première personne qu’Arashi rencontra à son arrivé à Esgalduin, alors qu’il venait de fuir son cocon familial, et à cette époque-là il en avait trop gros sur le cœur pour tout garder pour lui… Après une nuit enflammée passé à essayer d’oublier Takayuki, il avait pleuré tout son amour et sa frustration dans les bras de cet homme qui était pour lui un inconnu…
C’était le seul être, à par lui-même, à connaitre son passé en compagnie de Takayuki et de ses parents dans les moindres détails…

« Takayuki… Il est ici même… »


Pointant une direction sur sa droite, à côté des escaliers, le fantôme du Neko, resté silencieux depuis le début de la conversation, souriait timidement

« T’es devenu fou ou quoi ? Enfin, plus que la dernière foi… Il n’y a rien ici… »


Voyant que son congénère semblait ne réellement rien apercevoir, Arashi sourit doucement… A parement il ne croyait pas au fantôme, tant pis… Regardant toujours son seul amour dans les yeux, il lui fit un sourire d’excuse auquel le spectre répondit par un hochement de tête… C’est vrai que Taka lui avait dit ne jamais l’avoir quitter, il était donc parfaitement au courant de qui était cet homme et de quelle relation ils avaient eu tous les deux. Ca évitait certes les explications, mais ça avait le don de gêné le vampire au plus haut point.

« Laisse tomber… »

Souffla-t-il finalement, attendant toujours que l’intrus en vienne à la réelle raison de sa présence ici plutôt que de s’amuser à tester ses réactions face aux souvenir qu’il avait gardé d’eux deux…

« Rachelle est morte »


Lâcha finalement Daïchi, d’un ton neutre, comme s’il venait de donner l’heure. Se stoppant net, Arashi le regarda avec le regard plein d’incompréhension, comme s’il demandait au vampire de lui confirmer ses précédents dires. Semblant comprendre la demande muette de son ex amant, Daïchi confirma une nouvelle fois, hochant la tête comme pour appuyer ses paroles

« Elle est mort, il y a deux mois maintenant… Je serais venu plus tôt si seulement je savais ou t’avais finis, mais la dernière fois que j’avais eu des nouvelle de toi, t’étais encore planqué dans une base rebelle quelque part en Esgalduin… »
« Et ? … Qu’est-ce que ça peut bien me faire ? »

Demanda finalement Arashi, après plusieurs secondes d’intense silence, soutenant le regard d’acier de son congénère…
Rachelle, la belle-sœur à Daïchi, une vampire elle aussi, la première amie que c’était fait Arashi alors qu’il venait d’emménagé chez ce dernier.
Elle était belle, gentille, conciliante… Arashi avait eu beaucoup d’estime pour elle, la prenant un peu comme une deuxième maman… Bien qu’elle n’avait jamais su les raisons de sa mélancolie, contrairement à Daïchi, elle avait toujours fait de son mieux pour remonter le moral du vampire durant son jeune âge et ceux malgré sa fragilité…
C’était il y a près de 300 ans maintenant, la dernière fois que le blanc l’avait vu en face, et bien que le temps efface peu à peu les souvenir, il se souvenait encore parfaitement des traits de cette femme…
Après sa fuite de chez ses parents, il avait fui en Esgalduin, avait rencontré Daïchi et avait passé quelques années à vivre auprès de lui et sa famille (comprenant son grand frère et la femme de ce dernier)… Rachelle, cette femme c’étant occupé de lui mieux que sa propre mère, avait été l’un des piliers ayant empêché le vampire d’en finir une bonne fois pour toute après la mort de son amant… Mais un jour, une dizaine d’année, ou peut-être plus, après leurs rencontres, Arashi s’en était allé sans un mot, quittant leur maison familiale pour s’engager dans les rebelles… C’était une époque trouble, une époque dont le vampire n’avait nul envie de parler, et dont il ne parlera sans doute jamais… Cette décision, il l’avait prise justement après une discussion avec le vampire assis à ses côté… Nul doute que celui-ci s’en souvenait aussi parfaitement, dans la mesure où il ne c’était vu qu’une seule fois entre ses adieux d’avec sa famille et aujourd’hui… La question essentielle restait donc sans réponse : Que faisait-il ici ?

« J’ai juste pensé que ça pourrait t’intéresser de l’apprendre… Elle a été tuée par les rebelles… Tu te souviens du type avec qui je t’avais vu à l’époque ? C’est celui-là même qui l’a saignée ! »


Essayait-il de le faire culpabiliser ? Sûrement… A moins qu’il était toujours égal à lui-même après tant d’année passée et se contentait de raconter les faits sans aucuns sentiments face à ceux-ci… Encore plus probable… Arashi savait depuis déjà un bon moment la situation qui se trouvait en Esgalduin, le fait que les rebelles avaient pris le pouvoir, pourtant il n’avait jamais rien tenté pour sauver la famille de Rachelle…

« M’enfin ! J’pense que tu t’en moque hein ? Après toute ces années… Sache juste qu’elle t’avait marqué sur son testament ! »
« Moi ? »

Le vampire était scotché… Cette femme, même plusieurs siècle après, l’avait assez connu et aimé pour le marquer dans son testament ?

« Yep, toi ! Comme quoi elle aussi tu l’avais marqué mon vieux ! Et vu que par chez nous on est jamais sûr de combien de temps on vit, on fait gaffe de toujours avoir une copie de notre testament chez nous ! »
« Abrège, quelle partie me concerne ? »

Daïchi sourit, conscient de la gêne que se présence ici causait pour Arashi, mais ne semblant pas vouloir raccourcir son discourt pour autant, bien au contraire ! Il savait pertinemment qu’il n’était pas le bienvenue et il prenait toujours autant de plaisir à tenter de mettre le blanc hors de lui ! Si à l’époque, attisé ainsi la colère de son cadet avait permis à celui-ci d’extérioriser sa haine, elle ne faisait plus aujourd’hui que l’ennuyer...
Arashi avait énormément de respect pour la défunte, et malgré les années passé le souvenir qu’il gardait de cette dernière était plein de joie et de tendresse, mais il n’avait pas la force d’ouvrir à nouveau son cœur au vampire à ses côté…
Celui-ci, tout sourire, sortie une feuille de papier pliée en quatre de la poche arrière de son jean et se mit à la lire

« "A Arashi Subarashi, fils de cœur et ami, je lègue ce tableau qu’il aimait tant, ainsi qu’une petite partie de ma fortune, dans le coffre-fort numéro 465 de la banque d’Esgalduin. En espérant que sa vie depuis notre dernière entrevue ait été emplie de bonheur !" Tu vois ? T’aurais définitivement dû rester ! »


Connard² Il cherchait finalement bien à le faire culpabiliser… Pour quelle raison par contre, ça, le vampire n’en avait aucune idée… Daïchi était égoïste, le taux de probabilité que ce soit à lui que, pour une raison X ou Y, Arashi ait manqué était nettement plus élevé que celui qu’il se fasse du souci pour les sentiments de sa belle-sœur…
Quant à ce tableau qui avait tant plus à Arashi lors de son séjour là-bas, nul mot pouvait décrire le sentiment de honte mêlé de joie qui l’habitait à l’idée que cette femme c’était rappeler d’un détail si insignifiant sa vie alors que lui-même avait tenté d’oublier son passé là-bas… Ce tableau, il s'en souvenait encore... Il représentait deux Neko, dont l'un était d'une ressemblance frappante avec Takayuki...

« Tu l’as avec toi ? Le tableau… »


Surtout, rester froid, ne pas montrer ne serais ce qu’un seul sentiment de tristesse ou de regret, sinon il aurait une fois de plus gagné…

« Tu penses bien que non ! J’étais même pas sûr de si c’était bien toi qui habitait ici, j’allais pas me trimballer un tableau pour rien ! Si tu veux je repasse dans la semaine pour te l’apporter, en espérant ne pas l’avoir oublié lors de ma prochaine visite »


Clin d’œil en prime… Comment Arashi avait-il put sortir avec un type aussi… lourd ? égoïste ? Détestable… Il ne le savait pas, ne le savait plus… Il était triste et seul, malheureux et con !

« Repasse me l’apporter quand tu peux… Mais je te préviens : Si je te vois débarquer les mains vides, j’vais me faire un malin plaisir de te virer de chez moi à coup de pied au cul ! »


Il rit, ne semblant pas prendre la menace du blanc au sérieux, avant de poser délicatement sa main sur la joue de celui-ci, sous les yeux révolver de son amant pour le plus vieux invisible…

« Ne me touche pas ! Sort de chez moi et ne reviens que quand tu auras le tableau ! Mes condoléance pour Rachelle, c’était une femme bien, tu devrais prendre exemple sur elle et cessé de te croire mieux que tout le monde ! Tu me répugne ! Je préfère encore finir mes jours seul que de passer ne serais ce qu’une nuit de plus avec toi ! »


Le sourire avait disparu, mais Daïchi tentait tout de même de garder contenance… Il se leva, sourit à nouveau, mais plus faussement cette fois, et se dirigea finalement vers la sortie sous les yeux soulager du vampire et de son amant fantomatique.

« Tu as changé Ara… Mais très bien, si tu le prends comme ça... Je repasserais plus tard… prend soin de toi ! »
« C’est ça ouais, toi aussi… »

Et il referma la porte !


_____________________________________________________________________________________


彼と、彼一人で
Revenir en haut Aller en bas
 

Un visiteur inopportun [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» V pour Visiteur...
» Kaamelott ft Le Visiteur du Futur
» Un visiteur pas très courtois
» La Foire St Michel
» Visite au club 3M de Colmar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Petit Manoir Subarashi :: Salon-