Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Famille Wolfberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Famille Wolfberg   Lun 10 Fév - 10:55

• Claudia Wolfberg •




Kiku Juon
Âge : Décédée à 39ans (✞) en Rosaire
Race : Ookami
Point(s) Fort(s) : Ruse à tout épreuve, courrait vite
Point(s) Faibles(s) : Était totalement cinglée
Sexe :

Maître/Docile ou Rebelle ? Alternait
Lieu de naissance : Nekotopia
Emploi : Soldat dans l'armée Yōkai Rosarienne
Lieu d'habitation : Nekotopia puis Rosaire
Situation : A rendue veuf
Si oui avec ? : David Lalouch
Enfants : Neither Jun. Wolfberg
Mère biologique : Lila Laka
Père biologique : Inconnu au bataillon
Frère et sœur : Neither Wolfberg
Relations & Histoire : Lorsque Zune, lors d'une mésaventure, a été désincarnée, son âme est allée droit dans le corps d'une Ookami nouvelle-née en Nekotopia. Et sur le coup, c'était probablement pas la meilleure idée du monde. Jeune esclave psychotique, Claudia était plutôt crainte dans le laboratoire où on la retenait. Une jeune femme cependant prenait pour habitude de lui parler régulièrement, de manière à mieux comprendre comment cette dernière réagissait aux expériences pratiquées sur sa personne. Claudia ne su jamais qu'il s'agissait de la mère de ce corps et ne fut donc pas inquiétée lorsque celle-ci fut tuée. On lui apprit qu'elle avait un grand-frère aussi, du nom de Neither mais ces derniers n'eurent jamais l'occasion de se parler. Finalement Claudia réussi à s'échapper du laboratoire et courut bien vite jusqu'à ce qu'elle finisse par s'écrouler. Elle fut alors recueillie par un être étrange dénommé Taito et un autre garçon -un humain- se présentant comme le frère de Taito et s'appelant Beyond. Pour une raison qui lui échappait totalement, Taito tomba amoureux de Claudia au point de sacrifier sa vie pour elle quand cela fut nécessaire. Claudia ne comprit jamais réellement ce qui s'était passé mais voyait toujours le garçon lorsqu'elle "regardait du coin de l’œil". De plus, ce dernier lui parlait régulièrement. Fantôme ou simple schizophrénie ? Personne n'a jamais sû le dire. Toujours est-il qu'après ces péripéties Claudia se retrouva dans une animalerie. C'est un vieux Zombie du nom d'Allen Walker qui l'en tira. Ce dernier avait recueilli peu de temps auparavant Isamine, un jeune esclave aussi dérangé que l'était la jeune femme. Quelques années passèrent où tout se passa bien mais il finit par se passer quelque chose de mauvais et le résultat fut une Claudia s'enfuyant, un Allen mort et un Isamine en quête de vengeance. L'Ookami, toujours en train de courir, finit par percuter un Vampire qu'on appelait David Lalouch. La tenue débraillée et l'air piteux de l'hybride furent assez pour charmer le cœur du garçon qui l'affranchi et l'épousant sans se soucier des quand dira-t-on. Ils eurent un enfant et emménagèrent en Rosaire où Claudia devint une combattante aguerrie pour l'armée des Yōkai. Elle fut tuée le jour de ses 39ans par Isamine qui avait finit par la retrouver.

Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Nataku Momoji


Feuille de Personnage
Race: Fenrir
Pouvoir: Pleurs Assourdissants
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Famille Wolfberg   Lun 18 Mai - 15:41

Teliia Wolfberg




Judith - Tales of Vesperia
Âge : 580ans (née en 2175)
Race : Elfe-Lycanthrope (infectée par le virus Zombie)
Pouvoir : Inconnu
Point(s) Fort(s) : Intelligente, belle et forte
Point(s) Faibles(s) : Colérique, sadique et fière
Sexe :
Lieu de naissance : Nekotopia
Emploi : Doyenne de la famille Wolfberg, elle fut autrefois Milicienne
Lieu d'habitation : Rosaire ; manoir Wolfberg
Conjoint : Hensen (décédé) ; Gin
Enfants : Iemitsu, Nana, Theodora & Salsifi Wolfberg
Mère biologique : Inconnue (elfe)
Père biologique : Inconnu Wolfberg (lycanthrope)
Frère et sœur : Inconnu(e)s

Histoire :
Teliia était une adolescente agitée. Irrespectueuse et hâtive à la révolte, elle finit par s'enfuir avec Hensen, son esclave Ookami avec qui elle eut deux enfants. Cependant à la mort de ce dernier, dans des circonstances qu'elle n'aurait pu éviter, elle choisit de revenir à la moralité de ses parents et de devenir cette fille noble et hautaine qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être. Elle cacha la réalité de son mari à tout le monde mais conserva son alliance comme un précieux souvenir. La dynastie Wolfberger devenait alors sa seule raison d'être et elle s'occupa avec véhémence de tout ce qui traitait aux affaires familiales. La chute de Nekotopia la frappa de plein fouet et elle œuvra du mieux possible pour restaurer la grandeur familiale, faisant assassiner impitoyablement tout ceux qui n'entraient plus dans les anciennes convictions.
Elle finit par se remarier et eut deux adorables filles en qui elle plaça de grands espoirs. Mais malheureusement, Salsifi, sa benjamine, la trahit en tombant à son tour amoureuse d'un esclave de la famille qui n'était autre que le neveu de l'irresponsable: Kenneth Wolfberg. Aussi se débarrassa-t-elle de sa fille et de l'enfant qu'elle portait, espérant ne plus en entendre parler.
C'est elle qui, des années plus tard, commanda l'assassinat de son arrière petit fils Belphégor ainsi que celui de son arrière-arrière petit fils Anakin. Elle réussi pour le premier.
Trahie par son serviteur Kenneth, elle se trouva contaminée par le poison Zombie et lutte actuellement contre le processus.

Revenir en haut Aller en bas
Zune De Laudreuil

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Famille Wolfberg   Lun 18 Mai - 19:30

Kiku Wolfberg




Jibril - Angel Sanctuary
Âge : Décédée à l'âge de 18ans (2582 - 2600)
Race : Lycanthrope
Pouvoir : Voit le passé
Point(s) Fort(s) : Gracieuse et solide
Point(s) Faibles(s) : Impulsive, guidée par sa soif de sang et hautaine
Sexe :
Lieu de naissance : Nekotopia
Emploi : Héritière Wolfberg
Lieu d'habitation : Cimetière des Méandres
Conjoint : Aimait Neither Laka
Enfants : Eru Wolfberg (fils de Beyond T.)
Mère biologique : Erika Wolfberg
Père biologique : Iemitsu Wolfberg
Frère et sœur : Kenneth Wolfberg (demi-frère) ; Sayu Wolfberg (demi-sœur) ; Alice Lloyd (sœur par alliance)

Histoire :
« It was once… »

« Il était une fois une petite fille appelée Kiku. »
Je sais, ça fait cliché. Aller, je peux commencer ?


-E…Eloignez-là de moi !!


Une porte. Une porte sublime, sculptée en chêne. Une poignée, si belle. Une porte…Une porte interdite, comme dans les contes de fées. Si je l’ouvrais, avait dit mon père, je serais dévorée par un méchant hybride. Oui, mais moi, je voulais voir à quoi ressemblait cet hybride. Et puis d’ailleurs, ce qu’on entendait derrière, c’était pas des bruits d’hybride. C’était des bruits de femmes. Des pleurs. Très, très fort et tout le temps. C’est pour ca que l’on dormait à l’autre bout du manoir. Car la nuit, on entendait que cette personne, derrière cette porte.
Mes mains tremblaient alors que doucement, je l’entrouvais. Je fis un pas en avant et…

…. Du sang. Du sang jaillit et m’obscurcit les yeux. Je ne voyais rien a par ce sang, si rouge, si dense…

-Erika !! Arrête immédiatement !!

Erika, c’était le nom de ma maman. Elle est devenue folle peu après ma naissance. Dans ce manoir blanc, tout blanc, tout pur. Dans ce manoir, ma maman était morte. Elle s’était tranchée la gorge avec un couteau, après m’avoir poignardée. Je ne l’avais jamais vue.
Pourtant, je me souviendrais toujours de ses grands yeux bleus, de ses cheveux blonds, ondulés, un peu comme les miens. De sa peau pâle et de ce sourire bizarre. Si effrayant et si beau. Je me souviendrais toujours de l’image que j’ai entraperçue en ouvrant cette porte.
Ce jour-là, j’emportais avec moi, en plus du visage de ma mère, une cicatrice le long de mon dos. Un coup de couteau.

Mon père était un homme grand et bien bâtit. Il avait un beau visage, emplit de gentillesse. La peau mate et les cheveux blonds, coupés court. Une barbe de quelques jours, et des costumes. Il dirigeait un laboratoire de recherches sur les hybrides.
C’est lui qui m’a élevée, seul.
Je l’adorais, c’était mon univers.

Six ans. Je me souviens que je venais de les fêter. Je suis née en automne et j’ai toujours aimée cette saison. L’hiver aussi, est magnifique. C’est là que tout meurt et que tout disparaît.

J’avais six ans, ce jour là. On était dans le salon. Mon père m’assoit à côté de lui, et me chuchote de bien fixer la porte d’entrée de la pièce. Je le regarde, je ne comprends pas. Il sourit, il semble fier, heureux. Je regarde cette porte qui s’ouvre…
C’était une petite fille aux cheveux rouges. Une petite fille sublime, derrière la porte. Puis une autre femme, tout aussi belle.
Je n’ai pas compris. C’était la nouvelle épouse de mon père, et ma sœur par alliance.

C’était toutes deux des vampires. Belles et effrayantes à la fois.
Je m’entendis rapidement avec ma sœur, avec laquelle je passais le plus clair de mes nuits.
Ma belle-mère, elle… Ne m’a jamais adressée la parole. Elle me souriait parfois, mais ne m’a jamais parlée.

C’était sûrement les moments les plus heureux de ma vie.

Je me rappelle… Que notre maison, notre famille, était très riche. On avait alors pleins d’esclaves. C’était simple, ils faisaient tout, nous, on jouait.

J’étais gâtée, je faisais n’importe quoi.

….

Il faisait nuit noire, ce jour là. J’étais sortie de la boulangerie, tenant fièrement un sachet de bonbons, assez grand pour que je doive le porter à deux mains. Naturellement, j’étais sortie seule. Je n’avais pas le droit, après une heure passée.
Il faisait nuit noire, et je marchais, tranquillement, attendant de regagner la maison.

Puis, plus rien.

Quelque temps, lorsque je repasse dans ce lieu, des bribes de souvenirs me reviennent :: Ce jour-là, quelqu’un a abusé de moi. Je me revois, hurlant, me débattant.
Je me revois seule, en larmes, sur le sol.
Mon père m’a retrouvée le lendemain matin, au même endroit, regardant fixement le mur en face de moi.

Huit mois plus tard, j’accouchais.
Naturellement, ayant été fine du début à la fin, c’était normal que je panique.
Et puis… J’étais encore très jeune. Pour tout dire, j’avais onze ans.
L’accouchement ayant été très difficile et mon corps encore trop jeune pour supporter cela, je fusse proche de la mort pendant trois jours. Les trois jours écoulés, j’entendis cette conversation.
Le médecin expliqua clairement à mes parents qu’il s’agissait d’une grossesse refoulée. Il proposa une demande de placement dans un orphelinat, je fis un violent caprice, on garda le bébé.

….

Un cri. Un cri, qui déchirant les entrailles de la nuit. Je me réveille, passe ma main sur mon front. J’ai du faire un cauchemar…
Le cri se répète.
Il vient de…
Je cours, le plus vite possible, serrant les dents, priant pour que ce ne soit qu’un cauchemar. Ce cri là, je l’avais déjà entendue une fois, une seule. Une fois par ma mère, lorsqu’elle mourait. Si je l’entendais à nouveau, tout s’effondrerait. J’avais peur.



Je me réveillais en sursaut. C’était effectivement un cauchemar.
Oui, tout ça, c’était bien un cauchemar. Ma sœur en pleure dans la chambre de nos parents, le sang sur la moquette bleue, les yeux vides de mon père…
Tout ça, ça ne devait être qu’un cauchemar.

Mon existence tout entière est un cauchemar.

Maintenant, le temps à passer. Peu à peu, je me suis réhabituée à vivre, sans jamais oublier cette douleur, si horrible. Ce sentiment d’impuissance et ces larmes, que j’entendais couler.

Je vis avec ma sœur, dans notre manoir. Nous utilisons l’argent qu’il nous reste pour vivre, rien de plus.

« L’ennuie s’installe, emmenant doucement une sensation de mort.
L’engourdissement nous fait comprendre qu’il n’y a plus rien à espérer, sauf peut-être l’oubli salutaire. »


[...]

La lune brillait, ce soir là. Kiku regardait attentivement le ciel, affalée sur le rebord de la fenêtre, devant laquelle elle avait poussée son siège. Elle se posait des tonnes de questions, mais cette fois-ci, elle avait la tête un peu moins déprimée.
Elle était sérieuse. Notre Kiku sérieuse, ça ne présage rien de bon. Elle, elle le savait d’autant mieux qu’elle était dans sa tête… Pas nous, au passage.
Elle réfléchissait à un sujet très important, quelque chose de capitale..
Hier, elle avait eu une vision. Du moins, un flash back, un flash back qu’elle n’avait pas vécue. Je sais, c’est étrange, mais c’est aussi le pouvoir de Kiku. Même si cela lui arrive rarement.
Elle avait vue, donc, un visage aux cheveux bruns, avec un couteau dans les mains. Elle l’avait vue courir le long de la rue. Au loin, on pouvait voir sa maison. Puis, ce cri-là. Ce cri, de celui qui découvre un corps.
C’était pleine lune, c’était la nuit où ses parents avaient étés assassinés.
Cette révélation était donc de toute première importance, car s’il s’agissait, comme elle le pensait, le meurtrier de leurs parents, cela serait… Cela serait d’une importance capitale !
Kiku soupira. Elle se faisait certainement des films, après tout. Ses pupilles se levèrent et fixèrent longtemps la lune. Elle repartie dans ses réflexions, essayant de se souvenir des moindres détails de ce garçon… Ce qu’elle n’avait pas.
Elle grimaça et se mordilla l’index.
C’est à ce moment-là qu’un « Le repas est servit ! » se fit entendre.
Kiku n’avait pas faim, mais il fallait faire manger le garçon. Elle se leva donc et oublia toutes ces réflexions stupides.

La salle à manger était une grande salle, rectangulaire, dans laquelle avait été placée une longue table. Déjà assis à cette table, se tenait sagement Eru, concentré sur un puzzle qu’il avait placé sur ses genoux.
Kiku chercha du regard sa sœur.

-Arisu n’est pas là… ?

Le garçon, qui réalisa être le seul interlocuteur probable au bout de trente secondes, leva ses yeux vers sa mère, et fit un signe négatif de la tête.
Kiku, qui était restée plantée debout durant ces trente secondes, partit au travers de la maison, vérifier si sa sœur avait ou non entendu l’appel, si ce n’était de l’estomac, du cuisinier.



| Marquée par la mort de son père, assassiné par un esclave, Kiku sombre au fur et à mesure dans une folie cannibale. Elle prend plaisir à dévorer vifs les serviteurs de la maison et cette dernière se vide. Un jour, Kiku trouve en Neither Laka, un Ookami mourant près de sa demeure, une proie de choix. Mais bientôt les méandres du passé viennent heurter la mémoire de la pauvre Lycanthrope qui se décide à garder sa victime pour un moment plus propice, où elle aura éclaircie l'histoire.
Bien que sachant au fond qu'il s'agit du meurtrier de son père, Kiku s'amourachera assez de l'esclave pour entamer avec lui une relation d'amour-haine envenimé par leurs horribles caractères respectifs. Lorsque Wakai, sa cousine d'adoption, embrase une guerre familiale parmi les Wolfberger, Kiku se fait assassiner par Kenneth Wolfberg, sous l'ordre de Teliia. Neither est alors accusé du meurtre de sa maîtresse et sera pendu en place publique en guise d'exemple. Sa mort démarrera la révolte des esclaves de Nekotopia.


Psychique : « J’adore le sang, c’est peut-être car j’ai toujours vue ma sœur en boire »

Le caractère de Kiku… ? Ah, elle est horrible.
Comment expliquer ? C’est une jeune fille totalement brisée, anéantie, qui n’as trouvée d’autres moyens pour survivre que celui d’attaquer en première.
Enfin, ça, c’est uniquement la cause. Nous y reviendrons plus tard. Notre miss est aussi très lunatique. Par exemple, lorsqu’il fait pleine lune, elle court partout ! Lorsqu’il n’y a pas de lune, elle dort debout, et lorsque la lune est aux trois quarts… Bref, vous verrez.
Fillette pourrie-gâtée jusqu’à peu, elle est légèrement sadique. Mais surtout très rancunière envers les esclaves, qui, pour elle, sont responsables de la mort de leurs parents.
Ainsi, elle ne se comportera pas de la même façon avec une personne, qu’elle soit dominante ou dominée. Cela semble évident, mais c’est toujours utile de le préciser.
Il faut approfondir ? Eh bien, avec un dominant, elle parleras peu, timide, elle reste toujours dans son coin, préférant être seule. Avec un dominé… Aouw. Disons qu’elle tape, qu’elle est frare, et toutes ces saletés qui arrivent aux gosses trop gâtées.
Elle est affublée de nombreux tics nerveux, dont celui de remettre une mèche en place, celui de suçoter le bout de ses cheveux, celui de mordre ses doigts, etc…
Au fond, ce n’est pas une si mauvaise fille –Elle tue rarement-, mais disons que… Qu’elle aime bien… Voir le sang se répandre. Et croquer dans la chair vivante, ce qui est nettement moins normal.
Enfin, quand on a de l’argent, on fait tout ce qu’on veut.
Il arrive aussi que Kiku soit nettement plus supportable. Une petite fille gentille, douce et timide. Sisi, ça arrive !
Dans ce cas, elle reste dans son coin et fixe pendant des heures une tâche sur le mur d’en face, rêvant aux êtres qu’elle avait autrefois aimée et qui ont aujourd’hui disparus.
Parfois, elle ressemble à une poupée de porcelaine, entreposée sur une chaise, qui attend on ne sait quoï… Peut-être que la poussière du temps s’accumule sur elle, et qu’elle finisse par tomber en poussière.
Que pourrait-on rajouter d’autre ? Son comportement relève d’un dédoublement de personnalité évident, voir d’une grosse schizophrénie, et elle serait mieux internée dans un hôpital psychiatrique que dans le manoir.
Elle reste aussi très protectrice à l’égard de sa sœur, même si elle ne le montre pas. C’est simple :: Il suffit que quelqu’un la touche et ce quelqu’un n’existe plus.


Physique : « On croirait voir une poupée de porcelaine. Une poupée de porcelaine bien mal faite, et si peu attrayante »

De loin, elle ressemble vraiment à une poupée de porcelaine. Peut-être surtout niveau vestimentaire. Sa garde robe est composée de ces vieilles robes bizarres qui n’existent plus aujourd’hui. Des robes de Bourges d’un temps enfuie sous les ruines de notre monde. On pourrait presque la prendre pour une cosplayeuse… Si jamais elle sortait de chez elle, ce qui est rarement le cas.
Elle est plutôt petite. Un mètre et soixante et un centimètre, ce qui accentue l’idée de la poupée de porcelaine. Elle a le teint blanc, européen, assez blafard mais pas trop. C’est du à une carence importante de vitamines D.
Elle porte souvent des ballerines. Vous savez, ces chaussons fins, en velours ou en soie, d’une couleur atroce. (Violette, chez elle. Parfois noir.) Elle a de petits pieds. Peut-être du 36.
Ses jambes sont, malgré sa taille, bien proportionnée. Elle n’est pas naine, juste petite. Elles sont fines, belles, attrayante. Elles sont recouvertes de bas lui montant jusqu’à mi cuisse ou parfois aux genoux. Ces jambes sont faibles, elle bouge si peu pour que les muscles se développent…
Plus haut, on trouve des hanches. De belles hanches, larges mais pas trop. Ses fesses sont légèrement rebondies, mais pas trop, de façon à rester discrètes.
Encore plus haut, le corset de la jeune fille (Oui, elle met des corsets) lui offre une taille de guêpe. Du moins, il donne l’impression que la jeune fille, en plus d’être blafarde, est anorexique et/ou agonisante. Elle est réellement trop fine. Ces corsets là pour cacher une blessure, qu’elle a dans le dos. Une vieille cicatrice datant de ses cinq ans, qui longe sa colonne vertébrale, sur une vingtaine de centimètre.
Vient ensuite la poitrine. Bien qu’elle n’ait pas une poitrine énorme, elle fait tout de même une taille respectable (90B), sans pour autant paraître plate.
Viennent ses bras. Bien proportionnés, bien que les avant-bras semblent un peu trop courts, ils débouchent sur des mains. De petites mains aux doigts de pianiste. Ces doigts sont parfois vernis, d’une couleur bleu clair, tout comme ses orteils.
Son visage… ? Oh, un vrai visage de poupée. Son visage semble poupon. Ovale, fin, il débouche sur une bouche enfantine, toute simple, aux lèvres joliment tracées. Au dessus de ces lèvres, il y a un nez. Un nez mutin, typé européen, mais pas trop long, de façon à ce que ça ne rompe pas l’harmonie du visage.
Ci-dessus, semble girent deux grands yeux verts, qui avaient été autrefois éclairés d’une innocence toute enfantine. Aujourd’hui, ils semblent comme morts, endeuillés par le voile funeste de la mort de ses parents. Désormais froid et baignés de larmes, ces yeux, immenses et dénués par-dessus de toutes formes de maquillages, sont eux aussi typés européens.
Ce qui est le plus surprenant, hormis les belles robes de la belle, c’est ses cheveux ondulés. Ils sont d’une couleur cyan. Abondants, ils lui tombent jusqu’à la poitrine. Ils sont toujours retenus par deux rubans.
Si elle ne s’occupait plus que d’un seul détail, sur son apparence, ça serait bien de ses cheveux.

Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Famille Wolfberg   

Revenir en haut Aller en bas
 

Famille Wolfberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Réglement :: Personnages Secondaires-