Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ♫ Un Son Familier [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: ♫ Un Son Familier [OS]   Mar 15 Oct - 0:27

- Un cauchemar ?
- Oui, c'est l'idée.

Si je fermais les yeux, je voyais clairement la douce obscurité de ma chambre, le velours duveteux de mon lit... Non non ! Ne me demandez pas comment un velours peut être duveteux, j'en sais que dalle !
Tout ce que je sais, c'est que je ne pouvais garder les yeux ouverts et pour cause...


♪ CAUCHEMAR! ♫
Lorsque ton cauchemar vient à la vie...


J'avais beau avancer dans ces ténèbres sans fin, aveuglée par les réverbères de la rue, je me savais perdue. J'avais quittée la maison, sur un coup de tête je dois l'avouer. Il y avait deux ans de cela, mon propre père m'avait immolée et je gardais de ma résurrection un pénible gout d'amertume. Le château familiale était trop étouffant pour moi, le regard froid et sévère de mon père était de trop pour mon orgueil blessé, les pleurs et les mains tremblantes d'une mère qui se réveillait en hurlant d'un cauchemar, où elle perdait pour toujours sa fille, la journée, largement insupportables. J'avais quatorze ans et l'apparence d'une fille de sept.
Avançant donc parmi cette route sans fin, je pensais vaguement. Je me demandais comment j'allais faire ma vie, maintenant, coupée brutalement de ma jumelle avec laquelle j'entretenais jusqu'alors une relation fusionnelle. Je me rappelle m'être frottée le bras, ignorant les bandages, et ce geste de m'arracher un hurlement de douleur sur ma peau déchirée.
Ce qui répondit à mon cri se trouva être un bruit au bout de l'allée. Je fronçais les sourcils.


- Heu... Y'a quelqu'un ?! Dis-je d'un ton peu convaincu et évidemment sûr de moi. J'ai toujours détestée montrer ma faiblesse et même si j'étais encore faible et blessée, il était clair que je ne comptais pas me laisser faire !

Entraînée dans les bas-fonds
Vers le spectacle des Démons
Pour être leur invitée éternelle
L'âme moins en paix que jamais

Un gars en blanc dont je repérais immédiatement l'odeur de sang se déplaça très rapidement. Cela m'arracha un sursaut. J'avais rarement vu des gens aller aussi vite. La seule personne capable de ce prodige c'était... Mon père. Et ce gars-là, c'était pas mon père.

- Qui qu'tu sois... Ma voix tremblait. Je réunis mon courage pour le défier et avoir l'air courageuse. Qui qu'tu sois, je t'exterminerais !! T'es en face de la grande Zune Berger, mon gars !!

Je ne sais si ce fut la phrase que je dis de ce débit hésitant qu'ont les jeunes qui ont la trouille quand même ou la peur que je réveille tout le quartier à force de le mettre en garde qui le poussa à agir mais la forme blanche se jeta sur moi. J'eus le temps de pousser un gros cri aigu avant qu'un "CHPONG" distinct m'heurte pile-poil le haut du crâne. Le noir se fit et je tombais évanouie. Chose qui m'étais encore, à l'époque, arrivée peu souvent.

Je déteste te détromper
Mais Dieu n'est pas de ton côté
Une vieille connaissance découpée
Brûle le monde de ton dernier soubresaut


Lorsque j'eus la malchance d'ouvrir les yeux, je me rendis compte d'une mauvaise odeur de brulé. Cela me glaça littéralement et je me mis à hurler frénétiquement, me frottant de toutes mes forces le corps et m'arrachant un peu plus ma peau déjà sévèrement carbonisée. La peur. La terreur qui vous envahit lorsque vous croyez reconnaître...
Mais l'odeur ne provenait pas de moi. Je n'étais ni en feu ni exposée au soleil. Alors petit à petit, je réussis à reprendre une contenance normale. En face de moi se trouvais mon agresseur. Je lui lançais un regard noir. Je n'avais pas pris le temps de détailler ce qu'il y avait autour de moi mais je sentais sous mes fesses un sol dur et froid et entre moi et mon agresseur se trouvait des barreaux. Je n'étais pas assez idiote pour m'imaginer que c'était lui qui était enfermé. Non, c'était bel et bien moi. J'eus une moue hautaine.


- Humf ! Quand tu sauras qui je suis, tu vas faire dans ton froc ! J'eus un air de défi, me ramassa sur moi-même et un rictus s'étendit le long de mes lèvres. Maman va te zigouiller la gorge.

Il se contenta de me sourire en retour. Je n'avais pas peur. Non, on allait venir me chercher.
Effectivement, trois heures après ma disparition, ma mère s’aperçut de mon absence alors qu'elle allait me porter ma poche de sang et renouveler mes bandages. Elle eut la stupidité de tomber évanouie en constatant ma disparition. Ce qui repoussa au lendemain soir le lancement des recherches. Mon père doutait encore du bien que j'apportais à la famille, mais c'était plus fort que lui: il ne pouvait s'empêcher de vouloir trucider ceux qui avaient osés s'en prendre à sa fille. Encore aujourd'hui je lui suis reconnaissante de ce geste et n'hésiterais pas à faire de même malgré cette vieille rancune qui subsiste entre nous et qui fais que nos rapports n'ont jamais étés ce qu'ils devaient être.
Ils ne me retrouvèrent cependant pas et les recherches, même après plusieurs années, demeurèrent infructueuses.


Tu aurais dû savoir
Le prix du mal
Et ça fait mal de savoir que tu appartiens à cet endroit
Inutile de dire que tu nous appartiens ici-bas


Mais là, j'étais juste dans cette cage et l'odeur de brulé qui ne provenait pas de moi faisait que, contre ma volonté, mon nez remuait tout seul. Je tournais la tête en direction du fumet, décidant que mon agresseur muet était dépourvu d’intérêt. Mes yeux s'agrandirent alors que je compris ce qui se passait et je pris sans le faire exprès un air vraiment, vraiment envieux... D'être à la place de ce gars qui s'amusait à découper un garçon de mon âge.

- J'sais pas si c'est pour la rançon, mais...
Je m'étais retournée vers le muet. Si j'dois rester quelque temps avec vous ça me dérangerait pas de vous aider à taillader ce gars. J'essayais d'assurer mais j'avais quand même un peu peur que ça soit moi la prochaine à être tailladée. Soyons honnête: je ne crains pas la douleur et je me fiche d'être découpée, broyée ou d'avoir la tête tranchée. Mais franchement, franchement... J'aime pas laisser aux autres le loisir de me faire du mal. C'est comme ça, c'est tout. Y'a que moi qui choisis quand j'ai mal. Je supporte pas qu'on décide à ma place. Puis, d'un seul coup, face au silence de mon kidnappeur, tout s'éclaircit. Mon reflet sur le carrelage, à l'extérieur de la cage, le sang dans lequel baignait mes mains... Il y avait un cadavre avec moi, dans la cage. Et la tenue blanche de mes agresseurs... Les pires scénarios des livres de dégénérés d'Izzy m'apparurent alors et je ne pu réfréner un frisson.

Impossible de se réveiller en sueur
Car ce n'est pas encore l'heure
Encore dansant avec tes Démons
Victime de tes propres créations


C'est une partie de ma vie que j'ai oubliée. Pourquoï ? Eh bien car m'en souvenir me détruirais... Encore plus vite. Et là tout de suite j'ai beau savoir que ce n'est qu'un cauchemar, au fond de moi je sens très bien que ma peau est encore écharpée, mise à nue et râpée avec cette horrible ustensile qui ressemblait à une scie et que j'ai longtemps essayée de reproduire... Et l'argent qui coulait sous mes veines me fait encore hurler alors que mes jambes restent agitées de spasmes, à battre dans le vide pendant qu'ils m'injectent...

Au delà de la volonté de lutter
Là où tout ce qui est mal est bien
Là où la haine n'a pas besoin de motivation
Inutiles seront tes actions


- YAAAAAAARG
J'chuis tombée du lit. Comme d'habitude. Le lit est renversé. Sean se penche sur moi.

- Encore un cauchemar ? Décidément...
Il dit ça dans un bâillement, mais les Fantômes n'ont pas besoin de dormir. Son visage a pourtant l'air fatigué. Il n'est pas inquiet pour moi, il me dit juste cela pour me rassurer. Les cauchemars, il en a rien à branler, c'était le premier à en faire quand il était encore vivant. A ce moment-là je lui faisais toujours une réflexion de ce genre, histoire de détourner la conversation, de le faire totalement immerger de ce mauvais rêve. J'ai un rire hésitant.
- C'est ce bruit de clochette... Ça me fait péter un câble... J'crois que j'vais aller squatter chez Oni jusqu'à ce que ça s'en aille.
- Un bruit de clochette ? Quel bruit de clochette ?
Sean plisse les yeux. Un instant, il se demande si je suis pas réellement en train de perdre les pédales. Il se rend vite compte que ça ne changera pas de d'habitude alors il laisse tomber. Il hausse juste les épaules pour me faire comprendre que j'ai pas besoin de donner de réponses.
J'hausse les épaules de même et pense à aller voir Oni, là, tout de suite. Mais l'aube est levée et l'idée de me faire carboniser me donne une grosse nausée qui me force à retourner au lit. Allongé sur le sommier, un Fantôme lambda murmure.


- Ça sent le vécu, hein, Dari'gan ?
- Ta gueule. Qu'est-ce que j'en ait à foutre de l'avis d'un Fantôme à la con ? Ils peuvent tous crever une seconde fois ! Aucune envie de repenser à cette période. Le seul truc que j'ai en tête c'est de filer me mettre à l'abri avant qu'un cataclysme retombe sur ma p'tite tronche de conne. ...C'est moi où il fait glacé dans cette chambre ?

Et je sais que tu entends leurs voix
(T'appelant d'au-delà)
Et je sais qu'ils peuvent sembler réels
(Ces signaux d'affection)
Mais notre vie est faite de choix
(Certains sans intérêts,
D'autres sans attraits)
Ils prennent ton âme pour acquise
Et la récupérer ensuite est notre entreprise.

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
 

♫ Un Son Familier [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Invoquer un familier
» [Achat de familier] Un compagnon de route
» Un visage familier. [Glèzabel]
» potion de boost des familiers
» Maître Chem [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Chambre de Zune-