Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Nyahaha ! (Pv Malik)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Nyahaha ! (Pv Malik)   Mer 7 Aoû - 16:55

C'était un endroit sombre, car nulle lumière ne pouvait y passer. Des chaînes d'argent pendaient de deux poutres diagonales, réputées infranchissables, où j'avais souvent attachées en secret des victimes. Les chaînes étaient en argent massif, pas moyen de les briser et en plus, ça fait un petit plus contre les Lycans. -Etant petite, j'ai même essayée d'y attacher ma mère alors qu'elle voulait me donner la fessée ! Je vous passe la punition.-
Le plancher se trouve en bois, mais ce n'est qu'une façade et sous les planches se trouvent de la pierre solide. Dans la pénombre se cachent des malles de toute taille, renfermant des jouets d'enfances, des déguisements incouciants et des reliques sans prix.
J'avais attaché le bouffeur de cadavre plus que solidement, peut-être même trop pour un faible de son espèce. Même un Vampire ne pourrait s'échapper de telles chaînes.

Cela devait faire trois jours et deux nuits qu'il était ainsi délaissé. J'avais eu d'autres préoccupations et savait au fond de moi que le laisser mariner était tellement plus marrant. La solitude rend parfois fou aussi, est témoin mon adorable jumelle.
Mon épée ne m'avait pas quittée, même pour les réceptions mondaines auxquelles j'avais dû assister car les grands de ce pays voulaient voir "à quoï la merveilleuse fille de Raiquiem ressemblait". Ierk !

Bref, la Grande Zune était de retour, plus assurée que jamais. J'étais en paix avec moi-même et de fort bonne humeur alors que mes pas me guidaient jusqu'à l'échelle menant au grenier, et mes mains dévérouillaient la trappe. Je sautais rapidement sur le plancher, bondissant presque car l'instant où l'on passe la tête par la trappe est un instant de faiblesse. Je me tournais vers ma prise, faisant retomber la trappe du pied, et lui souriait de toutes mes dents.


- Tes vacances se passent bien ? Pas trop faim... Ou soif ?

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Mer 7 Aoû - 23:41

« Bouffeur de cadavre ! »

Trois mots dénués de sens. C’était les seuls et uniques vestiges de sa mémoire juste avant qu’il ne se retrouve dans ce grenier. Cependant, ce n’était pas l’urgence du moment. Le premier jour ne fut guère rassurant mais tout allait de mal en pis.

Premier jour

« - Mange avant de sortir.
- Non merci. Je n’ai pas faim.
- Tu n’aimes pas les poireaux ? Peu importe ce qu’il se trouve dans ton assiette, mange le. Tu ne sais jamais ce qui pourrait arriver »
C’était vrai. Malik n’avait rien avalé car, de toute manière, ce qui entrait dans son estomac ces derniers jours, ressortaient quelques jours plus tard par la même sortie. Il ne supportait pas la cuisine de son oncle…ou plutôt de son esclave. Pratiquement brulés ou pas très cuits, les aliments n’atteignaient jamais la parfaite cuisson. Pourtant, maintenant qu’il était enchainé dans ce grenier, il donnerait n’importe quoi pour un morceau d’endive. La faim ne le tenaillait pas encore mais s’il restait encore un moment ainsi, son estomac se rebellera immédiatement. Mais le plus urgent restait les chaines qui le reliaient aux poutres de ce grenier. Le métal qui reliait les maillons se caractérisaient par leur solidité. Pas même Hercule briserait ces chaines. Celui –ou plutôt celle- qui l’avait attaché, n’avait pas lésiné les grands moyens. Ses deux poignets étaient liés ensemble derrière son dos par des chaines reliées à un anneau au mur. Pour le moment, il n’avait pas mal mais la douleur viendrait peut-être. Puis l’engourdissement. Cinq autre chaines partaient de deux poutres et s’enroulaient autour de son torse, ses bras et… sa gorge. Cette dernière chaine lui donnait l’impression d’être un gentil chien de compagnie, ce qui le faisait enrager intérieurement.

Première nuit

Le futur nécromancien tentait de s’évader hors de ces fichues chaines mais déjà la fin le tenaillait et pire, ses côtes lui arrachaient des gémissements. Sur que cette fois ci, les séquelles seront plus graves. Ahmet lui avait bien dit de faire très attention à ses blessures. Les brûlures avaient certes disparues mais une côtes brisées restaient à jamais fragile. Et à se débattre contre ses liens, il ne les ménageait pas. Le sommeil commençait déjà le gagner mais impossible de dormir. D’ailleurs, il frappait le sol de ses chaussures ou du moins essayait. Ses appels à l’aide furent vains et sans résultats.
Mais pourquoi ne s’était-il pas enfui ! Il aurait du s’en aller en courant au moment où ses yeux s’étaient croisés. Masi que faire..elle était trop rapide. D’ailleurs, comment l’avait-elle attrapé ? Il se souvenait simplement de l’avoir vu dans la foule. Ensuite, rien d’autre qu’une brume noire accaparant ses souvenirs.
De mauvais souvenirs.

Plus tard

Il devait sans doute avoir l’air d’un horrible lombric à se tortiller ainsi. Oui mais voilà, il avait bu une bouteille pleine de jus de pomme avant de s’en aller. Les conséquences furent facheuses et bien entendu, ce qui devait arriver arriva. Gémissant, Malik grinçait entre ses dents des insultes et se serraient les cuisses l’une contre elle tant qu’il le pouvait afin d’éviter les premières fuites. Le propriétaire du grenier lui fera sans doute regretter cette petite liberté aussi, était-il important de se retenir. Les larmes aux yeux, Malik priait intérieurement. Faites que je me retienne ! Faites que je…
Trop tard.

Deuxième jour.

Ou peut-être est-ce le troisième. Etrange car il pensait aux souvenirs précédent son agression mais tout avait éclaté dans tous les sens.
- S’il vous plait…
Il s’était réveillé à nouveau enchainé comme une bête enragé que l’on craignait de voir céder à la folie. Ses poignets cherchaient en vain à s’extirper de la contrainte des chaines mais rien à faire. Il lui semblait même que ces serpents d’argent l’étouffait de leurs étreinte. Le jeune homme tirait sans relâche mais sa gorge lui criait grâce. D’horribles voix dans sa tête lui susurraient des menaces dans le creux de son oreille. Etait-ce des esprits ou le sien qui déraillait ? Les deux peut-être. Sans doute le sien car Ahmet lui avait bien prévenu. Même s’il se montrait réception aux esprits, il ne pouvait pas encore entrer en contact avec eux. Pour le moment… pour le moment, ce n’était que des livres, de la lecture et d’horribles leçons de morales sur l’éthique, ce qu’il fallait faire, ce qu’il ne fallait pas faire, ce qu’on pouvait  éventuellement faire mais qui était considéré comme un faux pas…
- Délivrez moi… !
Ses mains tiraillaient sur ses chaines. Il lui semblait qu’aucune créature ne pourrait les briser en ce bas monde. Maintenant qu’il était ici, il n’avait plus d’espoir de retrouver son frère. Quelle ironie en constatant que tous deux avaient connus le même sort funeste : la rencontre hasardeuse avec un horrible vampire. Etait-il encore vivant ?
- Enlevez moi ces chaines...
Il tirait par a coup sur ses chaines afin de faire le plus de bruit possible. Mais les poutres ne semblaient pas vouloir bouger d’une semelle. Alors il avait cogné le mur derrière lui de toute ses forces. Le sol aussi, tout ce qui pouvait tomber sous la main…. C’est-à-dire pas grand-chose. Mais en vain.

« C’est fini… au moins tu auras essayé. Pas capable de tenir deux mois dans cette ville. Tous ces efforts pour rien. Enfin… si l’on peut appeler cela des efforts ! Tu n’as fait que traverser un océan puis lire quelques livres traitant de nécromancie. De toute façon, jamais tu n’aurais pu entrer en contact avec ces monstres de l’au-delà ! Incapable… comme la fois où ces vampires ont capturés ton frère sous tes yeux ! »

La crise de nerf le guettait. Il oscillait entre conscience, crise de nerf et pertes de connaissances. La nuit venait-elle ou pas ? Depuis combien d’heures ces chaines le privaient-ils de sa liberté ? Assez longtemps pour que son esprit lui joue des tours. Puisqu’il n’y avait plus aucune frontière entre les heures du coucher et du lever, il n’y en avait plus aucune entre le rêve et la réalité. Son estomac lui hurlait tellement sa famine qu’il crut en sentir dans le grenier. Y’avait-il une cuisine ? Ho arrête Malik… une cuisine dans un grenier… oui mais, il sentait vraiment de la nourriture.

« Avez-vous pris votre commande ? » demanda une voix « Je peux vous proposer le plat du jour. Il s’agit d’une excellente salade d’endives parsemés d’épices, de noix et de crudités. Puis en plat de résistance, nous vous servirons des endives braisées puis une soupe à l’endives ! »

Il ouvrit les yeux et crut délirer. Oui, c’était un délire. Une serveuse attendait devant lui, bloc note en main, prête à prendre sa commande. Elle ne quittait pas ce garçon enchainé et se prépara à noter ce qu’il désirait à manger. Elle avait des cheveux rouges et une peau brulée qui lui fit horriblement penser à quelqu’un.

« Bienvenu dans notre restaurant ! Merci d’avoir choisit « Endive-land » pour votre repas ! Avez-vous commandé ? Tes vacances se passent bien ? Pas trop faim ou… soif ? »




« Pas trop faim ou… soif ? »



Troisième jour.

« Tout… ! Sauf de l’endives », répondit-il à Zune, toujours en proie à ses délires « Je préfèrerais des frites… un hamburger… des putains de nuggets mais pas d’endives merde ! Je vous en supplie… »



Et il ouvrit les yeux. Se débattant faiblement contre ses chaines, Malik grognait, suppliait, gémissait sa litanie. Il s’attendait à voir la serveuse mais ce qu’il vit fut une toute autre personne. Sa première réaction fut celle du recul. Il tomba douloureusement sur ses fesses et  posa ses yeux sur elle. ELLE. Ce monstre le fixait comme si elle allait le croquer. Elle était de retour la dragon femelle, prête à lui bouffer ses entrailles à la petite cuillère… nom d’un fantôme, pourquoi ne parvenait-il pas à se souvenir comment il avait attérit dans ce grenier sombre et lugubre… et également puant. Rappelez-vous du jus de pomme.
Ses membres lui faisaient un mal de chiens tant les liens les serrait.



« Qu’est ce que tu me veux encore… » soupira t-il, exaspéré et fatigué à la fois. Sa tête lui faisait mal, encore mal. Et encore plus depuis qu’elle était là. « Ta présence me donne un mal de crâne pas possible… mais c’est peut-être le coup que tu m’as donné. Ou… autre chose ».


Ha oui. Le coup. Non qu’il se souvenait mais l’onde était toujours aussi douloureuse. Moins qu’avant certes mais bon. Le sang avait séché sur son front mais il devinait le choc violent.



« Oui… il y a quelque chose qui cloche. Dès que tu es là… qu’est ce que tu es donc ! »

Il y avait de la peur dans sa voix. De la peur et… de la fascination ?
Revenir en haut Aller en bas
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Jeu 8 Aoû - 16:15

Le grenier avait la chance d'être insonorisé. Cela évitait d'avoir des ennuis avec l'extérieur... Ou l'intérieur. Même si j'étais sûre que le jumeau comprendrait au moins pour celui-là, je n'avais pas envie de tenter une explication. Ce dernier était en bas, dans le salon, travaillant sur des dossiers qui ne m'intéressaient pas. Il me savait en haut, et devait avoir une idée de ce que j'y faisais. Cependant son travail l'intéressait plus qu'une éventuelle dispute avec moi. Haan, qu'est-ce que je me sens délaissée !

Ce gars-là, en face de moi, était un crétin congénitale. Avait-il seulement tenter de s'échapper ? Non ! Il m'avait insultée alors que je comptais bien le laisser filer, préoccupée par d'autres choses, plus personnelles, j'avais choisie de ne pas faire attention à lui. Ce mec était un masochiste né, pour m'avoir provoquée alors qu'il aurait pû passer tranquillement son chemin. Non, si je l'avais alors laissé filé, après qu'il m'ait humiliée, j'aurais eu l'air plus que ridicule. Je veux bien être gentille, mais il y a une limite entre être gentille et... Être un pigeon.
Quand aux raisons qui m'avaient poussées à l'amener dans ce grenier, eh bien... C'était simple. Je ne comptais plus le relâcher. La dernière fois, j'étais dans un bon jour et, malgré les graves blessures qu'il m'ait infligé, je m'étais dit qu'au final, je pouvais le laisser partir car ce n'était pas lui qui avait commencé à attaquer.
Qu'il m'insulte alors que je l'avais mis en garde de m'éviter tenait tout simplement du suicide !
Peut-être avait-il eut le temps de réfléchir à sa connerie. Pour ma part, j'étais tout simplement énervée et vexée. Mon visage était sombre et au fond de moi, la rancoeur bouillait. J'ai toujours détestée qu'on se foute de ma gueule, ce que ce crétin a fait plutôt deux fois qu'une... Non, j'ai carrément été trop gentille !
La gentillesse, c'est pour les faibles. Et l'achever rapidement, sort que je destine aux innocents, ne sera pas le sien. Je pourrais le laisser crever de faim et de soif dans ce grenier que personne ne s'en souciera jamais.
Ce ne sera pas la première fois, après tout...

Je m'étais assise sur une de ces malles, en fasse de lui, et le fixait. D’instinct, je savais que le peu de lumière présente faisait briller mes yeux, mais rendait le reste de mon corps invisible, seule une silhouette devait se détacher. Mais je dois avouer que sa réponse réussit à me surprendre. Mes yeux s’écarquillèrent et quelques secondes passèrent avant que je ne pouffe de rire. De... L'endive ?
Le gars s'était pissé dessus et visiblement, il ne se sentait pas très bien non plus. Curieusement, les aliments solides n'étaient pas ressortis, eux. Cela lui préservait un peu d'intégrité. Il me regardait comme si j'allais le bouffer, mais je n'étais pas aussi peu regardante sur la nourriture. Il fallait que ma victime me plaise et ce n'était plus franchement le cas de ce bouffeur de cadavres.


- Qu’est ce que tu me veux encore…
- Rien, tu as raison, je devrais redescendre en bas et te laisser agoniser ici.
Dis-je le plus naturellement du monde tout en sachant que c'était vrai. Je ne m'acharne jamais autant sur mes victimes si ce n'est pour leur bien et je me vois mal en bienfaitrice anonyme d'une saloperie aussi ingrate. Alors que faisais-je ici ? Si j'allais en bas, tout simplement ? "Raito, baisse ton froc", dirais-je. "On va passer le temps". Et le temps passera pendant qu'on s'enverra en l'air... S'il a le temps.
- ...Ta présence me donne un mal de crâne pas possible… mais c’est peut-être le coup que tu m’as donné. Ou… autre chose.

Je ne relevais pas la remarque, je n'étais pas ici pour raconter ma vie et il n'était pas ici pour raconter la sienne. Le jeune homme devait se sentir bien seul pour déballer ce genre de choses.
Je dois le dire, je m'ennuyais déjà. Pour voir de telles scènes, je n'avais qu'à aller au marché. Les gens qui me saoulent, comme lui, je les tues en leur arrachant la tête, et après c'est finit. Pourquoï celui-ci, le pire de tous, avait-il droit à un traitement de faveur ? Étais-je vraiment d'une humeur si généreuse ? Qu'est-ce qui retenait, encore à ce moment-ci, ma main d'aller l'étrangler ?


- Oui… il y a quelque chose qui cloche. Dès que tu es là… qu’est ce que tu es donc !

Je levais les yeux au ciel. Mec, tu viens juste de te pisser dessus, pourquoï tu me supplies pas gentiment de t'achever, que je mettes fin à cette overdose de niaiserie ? Je laisserais jamais partir un danger potentiel comme toï, j'ai un mioche aux oreilles de chauve-souris qui gazouille dans son berceau, je vais pas lui laisser ce genre d'emmerdes potentielles en héritage !

- Je suis... Murmurais-je sur un ton las... Je suis... Une meurtrière, une tueuse, une Vampire et une déesse. Mon épée s'était dégainée et s'appuyait désormais sous son menton. Je suis l'héritière d'un des tous premiers Vampires, voilà ce que je suis. Et si tu poses encore ce genre de questions idiotes, je t'aggraffe mes papiers d'identité sur la tronche ! Je rangeais mon épée et posait à nouveau mon cul sur la malle, regardant ailleurs, bouillant intérieurement de rage et de rancœur. J'avais bien envie de les lui aggraffer littéralement, tiens ! Cela aurait pû être amusant. Pff, trois cent quarante ans et je rentre encore dans le jeu d'un adolescent en manque. Pathétique. Et toï, t'es totalement con de traiter bien plus fort que toï. Si t'as tellement envie de crever, évite de prendre la tête aux autres, avale une lame de rasoir, ça va plus vite. Lui lançais-je. Des questions, c'était plutôt à moi de lui en poser. D'où dans ce monde, ce gars espérait-il battre une Vampire aussi puissante que moi ? D'où s'était-il senti la nécessité de me provoquer alors que je lui laissais une seconde chance de se barrer ?! T'as rien dans le crâne et maintenant, si tu vas crever, ça sera entièrement de ta faute.

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Sam 10 Aoû - 13:29

Le coup de pommeau que Zune lui avait infligé eut beaucoup des conséquences fâcheuses qui déterminèrent de manière sensible son avenir de nécromancien sans que Malik n’en fût conscient. De toute façon, il fut trop tôt pour qu’il fasse le lien entre son choc crânien et les débuts de visions qu’il commença à avoir. Étonnant comme une torgnole sur votre tête peut changer le cours de votre vie, n’est-ce pas ?
En quoi ce choc a pu avoir un tel impact sur son avenir de « bouffeur de cadavres » ? La réponse immédiatement :

Ahmet accueillit son neveu presque comme s’il s’agissait d’un de ces stagiaires dont on ne voulait pas mais dont il fallait s’en occupé. Sale, blessé et pâle comme la mort, Malik racontait toute son histoire à son oncle qu’il n’avait vu qu’une fois de toute sa vie et dont le regard trahissait une grande lassitude. Le garçon lui racontait la mort de ses géniteurs, l’enlèvement de son frère, son voyage par delà l’océan et cette horrible rencontre avec cette… fille. A la description de cette dernière, Ahmet haussa le sourcil et émit un profond soupir d’où  l’on pouvait deviner l’agacement voir même la colère. Il lui raconta qu’il s’agissait d’une des pires vermines qui existait dans le coin. Cette fichue demi-lycan aimait tourmenter ses victimes et le fait qu’elle ait laissé un « bouffeur de cadavres même pas formé » en vie, tenait du miracle le plus simple.
Il accepta de le prendre en apprentissage mais après beaucoup de négociation et pria bien Malik de décamper aussi sec si d’aventure sa route croisait à nouveau celle de Miss Zune de Laudreuil. Il ajouta également qu’un nécromancien deviendrait malade s’il restait trop longtemps aux côtés de cette dépravée, il deviendrait soit fou, soit mort. Cette dernière possibilité serait même la plus enviable. Pourquoi ? Demanda Malik, curieux comme un étudiant passionné. Parce que , répondit son oncle, buté. Malik insista mais Ahmet tapa du poing sur la table afin de faire taire cette question.
Au cours de son entrainement, Ahmet mesura la réceptivité de Malik tout en posant des questions sur son enfance. Avait-il vu des choses inhabituelles ? Des ombres ? Des formes dans le noir ? D’étranges lumières venues du ciel ? Avait-il entendu des voix ? Des murmures ? Malik s’efforçait de répondre le plus précisément possible. Ahmet lui fit passer quelques tests dont un, particulièrement sauvage et désagréable. La possession. Pour cela, il demanda à deux ou trois amis –très costauds- de venir à la maison afin de faire une petite expérience.

*Flash-back*

- Tenez le solidement, ordonna Ahmet.

Malik, qui ne s’attendait pas à cela, voulut se lever afin de demander ce qu’il comptait faire mais déjà les trois armoires à glaces s’organisèrent autour de lui afin de lui laisser le moins de liberté de mouvement possible. Le premier – sans doute un lycan vu l’ordure de viande crue qu’il dégageait- le prit par la taille et l’allongea sur la longue table de la salle à manger. Bien entendu, cela ne se fit pas sans effort car le jeune adolescent ne se laissa pas faire. Il voulut se redresser mais ses bras furent ramenés de force au dessus de sa tête sans qu’il n’ait pu se défendre.
- Dis leur de me lâcher merde ! Hurla t-il, paniqué, qu’est-ce que tu vas me… !?
Mais déjà un gémissement de douleur s’échappa de sa gorge. L’un des hommes avait posé ses doigts sur la côte encore brisée, ce qui le calma quelque peu.  Des larmes commençaient à couler car les horribles souvenirs de « up » lui revenaient en tête. Humain, il était si difficile pour lui de se défendre contre les puissances de ce monde. Pourquoi ne les avait-on pas laisser en paix dans cette fichue forêt ? Pourquoi ?
- Malik, je suis désolé de te faire subir cela mais c’est obligatoire si tu veux comprendre en quoi consiste ta formation.
- Tu pourrais tout simplement m’expliquer ! Hurla t-il, terrifié, je ne vais pas m’enfuir en courant !
- Je suis désolé, répéta t-il bien qu’il n’y ait aucune once de peine dans sa voix. Ouvre la bouche.
A cet ordre, il les garda scellé mais déjà des doigts lui pincèrent le nez afin de le forcer à l’ouvrir. Il sentit que l’on glissa dans sa machoire un écarteur de dents. Pourquoi !?


*Fin du Flash-back*

Zune s’était installée en face de lui, sur une malle. Il ne la voyait que très peu car sa silhouette était plongée dans le noir presque totale. Juste, ces yeux… il les voyait luire comme deux flammes menaçante. Elle ne lachait pas sa proie du regard comme si elle l’imaginait déjà en repas du soir. Vu la créature qu’elle était, il n’était pas étonné qu’elle lui saute au cou pour lui ouvrir la jugulaire et le vider de son sang. La peur lui ôtait tout moyen de raisonner : chose que son oncle lui apprenait à contrôler. La peur était sa pire ennemie et s’il ne l’a maitrisait pas immédiatement, d’horribles choses lui arriverait. Déjà, sa vision se déréglaient. Il lui semblait aperçevoir de plus en plus de silhouettes flottantes autour d’eux. La fréquence demeurait encore trop rapide pour qu’il distingue quoi que ce soit. A chaque fois, sa tête lui faisait un mal de chien. Ses yeux lui brulaient tellement que des larmes coulaient non par pleurs mais simplement par irritation.

*Flash-Back*

Immobilisé il était, ainsi  il restera. Son oncle se tenait maintenant devant lui et répandait du sel sur le ventre de son neveu qui ne bougeait plus. Le mal de chien qu’il ressentait au niveau des côtes était plus incandescent que jamais. Il voyait encore les traces de brûlures laissés par Zune lorsqu’elle avait joué avec lui. Son oncle s’adressa alors à lui.
- Tu es vulnérable mon jeune ami, et cela je ne peux pas l’accepter. Devenir un nécromancien n’est pas chose aisé surtout lorsqu’on possède un esprit aussi faible que le tien. Tu ne pourras jamais devenir ce que je suis devenu si tu continues à avoir peur. Bien sur, cela peut arriver de temps en temps mais certains esprits en profitent. Certains peuvent être cruel. Celui que je vais invoquer va te montrer ce qu’il risque de t’arriver si jamais il t’arrivait de devenir la proie de quelqu’un d’autre. Comme Zune. Les esprits très forts peuvent prendre possession d’âme réceptive comme la tienne.
Il s’adressa au vide et appela une âme qu’il semblait connaitre.
- Carlisle. Fais honneur de ta présence et, montre à mon apprentie, comment un esprit comme le tien peut faire s’il ne devient pas immunisé. Montre lui, maintenant.
Il  eut alors la sensation la plus désagréable au monde comme si une main s’était enfuie au fond de sa gorge et fouillait dans son corps en mettant le bordel dans ses organes internes. S’il avait pu hurlé, la moitié de la ville l’aurait entendu sans doute. Mais ce ne fut qu’un meuglement presque pas humain qui sortit de sa gorge. La douleur était atroce. Cela dura une minute entière durant laquelle il espérait mourir afin de faire taire cette sensation de farfouillement. Il se débattait tellement que le lycan eut du mal à le retenir.
Ahmet le regardait s’agiter de spasmes terrifiants sans pitié aucune dans ses yeux. Il attendit durant ce que Malik pensa être au moins une heure. Il devait sans doute se dire que l’enfant allongé devant lui allait céder et avaler sa langue afin de s’étouffer et partir de ce monde aussi cruel. Mais il finit par avoir pitié et interrompit ce traitement.
- Voilà Malik… certains esprits te posséderont car tu es vulnérable. Les épreuves qui t’ont menées ici  ne jouent pas en ta faveur pour le moment. Et tu as de la chance de ne pas avoir été éveillé en te confrontant à Zune. Tu deviendrais vite fou… évite là comme la peste, cela vaut mieux.
Le jeune homme crut qu’il tomberait dans les pommes. Mon dieu… pourtant, il restait conscient. Ha qu’il aurait voulu mourir immédiatement.
- Tu as besoin d’un mental d’acier pour te défendre. Mais tu n’en as pas… si tu retombes entre les griffes d’un vampire ou quelqu’un d’autre, tu seras tellement pétrifié par la peur que les spectre viendront te posséder car il n’y a rien de pire qu’un apprenti nécromancien vulnérable ! Surtout s’il se retrouve devant Zune Laudreuil. Le moindre choc peut te faire entrer en contact avec des esprits. »

*Fin du FB*

Et voilà. Il comprenait à peine ce que voulait dire son oncle. Immobilisé contre son gré, il pouvait être en proie à la terre et à la panique. C’était réussi. Et plus il devenait conscient de ses erreurs, moins la possibilité d’une fin « heureuse » devenait possible. Zune le fixait encore et ne semblait pas vouloir lui pardonner. Qu’avait-il donc fait pour… bon, il se souvenait d’avoir souffler une insulte sans qu’il ne sache qu’elle l’entende. Mais était-ce vraiment un crime ? Allait-elle vraiment le castrer pour l’avoir traiter de garce ? S’il avait su, il serait rentrer chez son oncle et se serait cacher sous ses couettes, en trouillard qu’il était. Non, à la place il était à genou devant elle et mesurait de plus en plus la gravité de la situation. Il avait murmuré sa question d’un air contrit et l’entendit répondre simplement :

« - Rien, tu as raison, je devrais redescendre en bas et te laisser agoniser ici. »

Il secoua la tête, suppliant.

« Non, non, reste. Ne… me laisse pas seul ici… libère moi je t'en supplie. Ou allume au moins une bougie, je déteste l’obscurité ! »

Cela au moins c’était vrai. On dit souvent que les fantômes ne sortent que la nuit mais c’est faux. Ce n’est qu’une idée reçue. Mais d’un côté, il préférait qu’elle parte. Les visions devenaient de plus en plus précises. Pourquoi avait-ils l’impression que des visages l’observaient ? Pourquoi voyait-il toujours plus de silhouettes dans le noir ? Il réprima des frissons, espérant que ce n’était que son imagination. Il ne voulait pas à nouveau se faire posséder ! C’était une expérience des plus horrible et jamais il ne voulait retenter l’expérience. Pourtant c’est ce qui restait d’arriver. Il baissa les yeux et essaya de ne plus prêter attention à ces choses. Hueuresement que ses pouvoirs de nécromancien n’étaient pas vraiment réveillés. Pourtant, ils l’étaient assez pour lui foutre une trouille verte. Il voulut regarder autre part et avait du mal à rester en place.
Puis elle reprit la parole. Ni une ni deux, une lame se trouva pointée sur sa gorge. Il retint son souffle et du lever la tête, ce qui le forçait à regarder ces horribles… spectres ! Il en voyait peu… mais leur énergie négative lui valurent d’horribles frissons des pieds à la tête.

- Je suis... Je suis... Une meurtrière, une tueuse, une Vampire et une déesse. Je suis l'héritière d'un des tous premiers Vampires, voilà ce que je suis. Et si tu poses encore ce genre de questions idiotes, je t'aggraffe mes papiers d'identité sur la tronche ! J'avais bien envie de les lui aggraffer littéralement, tiens ! Cela aurait pû être amusant. Pff, trois cent quarante ans et je rentre encore dans le jeu d'un adolescent en manque. Pathétique. Et toï, t'es totalement con de traiter bien plus fort que toï. Si t'as tellement envie de crever, évite de prendre la tête aux autres, avale une lame de rasoir, ça va plus vite. T'as rien dans le crâne et maintenant, si tu vas crever, ça sera entièrement de ta faute.

Les menaces, toujours les menaces… pourtant, ce n’était pas vraiment celle d’aggraver quelconques trucs sur sa figure, mais bien des fantômes qui flottaient autour d’elle. Cette fille venait de l’enfer, c’était certains. On aurait dit une espèce de princesse des ténèbres. Tiens, quel joli titre pour une fille comme elle tiens. Mais cela lui allait comme un gant. Rien de positif en elle si ce n’est la vitalité qu’elle déployait à être violente, vulgaire et vive. Les Trois V. Ha ha ha.

« Ce n’est quand même pas moi me suis vexée pour une insulte aussi stupide… » répliqua t-il « mais j’aurais beau déployer tous les arguments possibles. Tu ne changeras pas d’avis… sale garce. »

Attendez… pourquoi… pourquoi avait-il dit cela ? Comment cette insulte avait-elle fait pour… ? Il se rendit compte de l’énormité de ses paroles et répliqua immédiatement.

« Ce n’était pas ce que je voulais dire ! Excuse moi, je ne voulais pas espèce de pauvre salope ! »


Encore ! Il voulut fermer la bouche mais des flots d’insulte menaçaient de couler comme une chute d’eau. Quelques fois, une lueur malsaine brillait dans ses yeux, une lueur verte qu n’avait rien à voir avec la couleur noisette habituelle. Possession… il se faisait possédé !
Une horrible sensation de farfouillement le pétrifia tandis qu’il se débattait tant qu’il pouvait contre les chaines. Avant qu’il ne comprit ce qu’il se passait, son esprit s’effaça complètement au profit des autres et… ce fut le noir complet.

« Tu vas me détacher maintenant castratrice de mes deux ou tu attends que je te prenne par derrière ?! Une déesse... j'ai vu PIRE ! Tes leçons de morale, je m'en frotte les burnes ! »


Une chose est sure, cela n’allait pas se passer très bien…
Revenir en haut Aller en bas
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Dim 11 Aoû - 14:54

- Non, non, reste. Ne… me laisse pas seul ici… libère moi je t'en supplie. Ou allume au moins une bougie, je déteste l’obscurité !

Je le regardais d'un air las en guise de réponse. C'était un vrai gamin.
D'un seul coup, un choque me traversa l'esprit... Ce foutu crétin était encore incapable de contrôler ses pouvoirs mais qu'adviendrait-il si jamais un peu de sa puissance se révélerait maintenant ? Raito m'explosera la gueule si je lui casse sa baraque.


- Ce n’est quand même pas moi me suis vexée pour une insulte aussi stupide… mais j’aurais beau déployer tous les arguments possibles. Tu ne changeras pas d’avis… sale garce. Ce n’était pas ce que je voulais dire ! Excuse moi, je ne voulais pas espèce de pauvre salope !

Je soupirais. J'avais rengainée mon épée, espérant qu'il se calme, mais ça ne marchais visiblement pas. Le pauvre gosse avait besoin qu'on le délivre de ses souffrances.

- Gilles de la Tourette, c'est un syndrome plutôt dur à soigner, mais rassure-toï, j'ai le remède définitif

Je ressortis donc la lame de son fourreau et m'apprêtait à le trancher en deux, n'attendant pas de réfléchir plus à la question. Le gars me faisait chier.

- Tu vas me détacher maintenant castratrice de mes deux ou tu attends que je te prenne par derrière ?! Une déesse... j'ai vu PIRE ! Tes leçons de morale, je m'en frotte les burnes !

...Sa voix.
C'était la voix d'un gars... Que j'avais déjà entendue il y a longtemps. Un gars que j'avais étranglé de mes mains. -Enfin non, je lui avait fait sauter la tête comme un bouchon de champomy mais c'est long à raconter.
Cool. Je vais pouvoir faire d'une pierre deux coups !
Au moment de frapper, je changeais donc de trajectoire, de manière à lui planter l'épée bien droite dans la cuisse, on entendit la lame ripper contre l'os et je suis presque sûre que même Raito, qui se trouvait à l'étage du dessous, avait remarqué quelque chose. On allait jouer à la souris et au gruyère. Tu verras, mes gruyères sont toujours magnifiques.
Frappant donc avec le bout de la lame, car il s'agissait du seul endroit tranchant de l'arme, je continuais à le transpercer -un coup au niveau de l’appendice, un coup dans l'articulation du coude et un autre dans l'épaule. Je n'éprouvais pas de réelles sensations là-dessus sinon un léger amusement et je jouais plus avec la lame que je ne torturais vraiment. A un moment, cependant, je ne retirais pas de suite la lame de l'articulation, la laissant entre les os de l'épaule.


- Si je tourne légèrement... Murmurais-je avant qu'un "crac" net se fasse entendre. Si je tourne légèrement, l'épaule se déboite. Heureusement, je ne suis pas assez sadique pour tirer sur le bras blessé, n'est-ce pas ? Le sang qui coulait repeignait le plancher, lui donnant de jolies teintes acajou. J'allais peut-être l'épuiser de cette manière, en le vidant de son sang... L'idée était plutôt cool. Je m'approchais de lui, de manière à être à quelques centimètres seulement de son visage. ..Je n'arrives pas à me rappeler ton nom... C'est que tu ne devais pas être bien intéressant. Rappelle-moi le pour voir ? Je reculais en arrière, j'étais restée suffisamment de temps à découvert. Bien, let's play. Il doit bien y avoir des cisailles dans le coin, non ? ♥ Dis-je en balayant la pièce du regard. Les insultes ne m'ont jamais fait de mal, mais je ne les ais jamais tolérées pour autant... Question de principe. Je déteste me laisser marcher sur les pieds. Le Fantôme qui possédait le gosse, je le remettais plus ou moins pour avoir été un gars en qui j'avais eu confiance à l'époque, mais qui m'a tourné le dos de manière mémorable. Le problème, c'est que j'ai vu tellement de sosies... Puis reconnaître quelqu'un à sa voix, c'est pas du tout facile. Il y a de fortes chances que je me goure de personne. Mais j'm'en branle, ça m'aura donner l'impression de m'amuser !
Je finis par trouver les cisailles et les sortait d'un coffre, me retournant avec vers ma victime, un immense sourire sur mes lèvres.

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Lun 19 Aoû - 18:45

Peu importe le nom de celui qui s’était insinué dans l’esprit de Malik : il avait enfin trouvé, pour un moment, une enveloppe corporelle qu’il pourrait utiliser avant de trépasser. Errer indéfiniment autour d’une vampire imbue d’elle-même le fatiguait. Ce que désirait cet esprit était bien simple : partir. Et compte tenu de la situation, ce pauvre gamin trépasserait dans les instants qui suivraient. Il ne lui restait plus qu’à rester dans ce corps si fragilisé par la haine de la déesse et de partir en sa compagnie. Paix et sérénité, voilà ses aspirations du moment.  

A présent, Malik n’avait plus cette lueur apeurée qui trahissait autant sa terreur. Le vampire la regardait de ses yeux rouges et perçant. Si ce regard pouvait tuer, il se serait laisser mourir de peur afin de ne plus avoir à l’affronter. Mais ça… c’était avant. A présent, ses yeux s’étaient éclairés d’un éclat fort inquiétant. Même, la pupille s’était assombrie comme si un orage s’y couvait et se préparait à éclater. Il avait relever la tête tandis qu’elle levait son arme en prononçant quelques paroles moqueuses.

- Gilles de la Tourette, c'est un syndrome plutôt dur à soigner, mais rassure-toï, j'ai le remède définitif ♪

A cela, un rire peu humain sortit de la gorge de la Malik, un rire qui tenait plus d’un hurlement démentiel qu’un rire. Un horrible sourire tordait sa bouche, faisant découvrir ses dents qui auraient pu devenir pointues si c’était possible. Malgré ses blessures graves et son état critique, l’esprit s’étonnait de l’énergie encore restante dans son corps. Les enfants qui naissaient et vivaient au gré de la nature avait tellement de résistance que l’on pouvait repousser au loin leurs limites. Il n’était plus lui-même. Vulnérable, n’importe quel esprit pouvait entrer en lui et profiter de son énergie. Tiens, peut-être même que s’il survivait, il pouvait fuir Zune de Laudreuil et rester dans son corps pendant un certain temps. Il vivrait à nouveau même si ce n’était que temporaire. Jamais il n’avait rencontrer de corps aussi réceptif. C’était comme enfiler une chaussure à sa taille et la garder durant des heures rien que pour prendre plaisir à occuper toute la surface de ses doigts de pied.

C’est TOI qui parle de Syndrôme malade mentale ! Eh, c’est lequel de nous deux qui est détraquée dans sa tête au point de jouer avec cette aiguille stupide ! Allez… viens faire joujou avec ta petite épée de MERDE !  Qu’est ce que tu vas me faire espèce de pauvre connasse hein ?

Mais déjà l’épée avait transpercées sa cuisse comme s’il s’agissait d’un morceau de beurre. Le corps de Malik fut pris de tremblement violent. Le pauvre… partagé entre la plus vive des souffrances et la plus intense des hilarités. Tout en s’agitant contre ses solides liens, il riait aux éclats. D’autres coups ne tardèrent pas à suivre le premier. Bientôt, les souris pourront se promener dans son corps comme s’il s’agissait d’un vulgaire morceau de gruyère. Le sang coulait à divers endroit. S’il survivait, les cicatrices seraient nombreuses. Mais après un tel traitement, il était plus vraisemblable que le sang coule à flot hors de son corps et le prive de toute énergie. Ainsi il périra aux mains d’une femme cruelle. Quelle mort atroce… !
Le dernier coup fut bien plus grave cependant. L’épée, fichée dans son épaule, lui infligeait un mal de chien. Ho mais pîre ! Même l’esprit ressentit la souffrance la plus acide.



- Si je tourne légèrement....




Un horrible craquement retentit. L’épaule du jeune adolescent s’était méchamment déboité. Afin de mieux profiter du spectacle. Pauvre mortel… une idée germait dans l’esprit de ce fantôme. Peut-être pouvait-il tenter quelque chose. Après tout, posséder un corps aussi réceptif était rare. Les nécromanciens, jeunes, s’avéraient être des réceptacles parfaits pour des esprits comme lui. Si ce stupide petit adolescent s’évadait, il pourrait éradiquer toute « identité » de sa petite cervelle et prendre un nouveau départ… démarrer une nouvelle vie ! Et peut-être se venger de Zune de Laudreuil. C’était un projet qui l’emballait du feu de dieu ! Partir… partir d’ici. Quitter le vampire, ne plus être obligé de tournoyer autour d’elle afin de lui souffler des insultes qu’elle n’entendra jamais.
Le corps qu’il possédait tressaillait. Le fait qu’il occupait son envellope corporelle, l’empêchait de tomber dans les pommes. D’ailleurs il en sortit… et laissa le pauvre Malik reprendre ses esprits, bien que cela était quasiment impossible en considérant la lame qui occupait son épaule…
Malik recouvrait ses esprits tandis qu’une voix cruelle lui murmurait dans sa tête « elle te parle… répond lui. Allez ! ». Le jeune nécromancien sursauta en voyant le visage du vampire près du sien. Voulant reculer il lâcha un gémissement plein de souffrance.


..Je n'arrives pas à me rappeler ton nom... C'est que tu ne devais pas être bien intéressant. Rappelle-moi le pour voir ? Bien, let's play. Il doit bien y avoir des cisailles dans le coin, non ? ♥

L’esprit qui le possédait, prit place à ses côtés et le força à regarder Zune dans les yeux en lui empoignant les cheveux. « Elle demande ton nom. Je ne le connais  mais je m’en fiche… mais puisqu’elle te le demande, réponds lui… »
Malik sentait deux mains invisibles qui le forçaient à regarder Zune de Laudreuil. Il eut du mal à prononcer quelque mot que ce fut. Tout son corps était comme plongé dans des charbons ardents.

« Pas les… cisailles. Non, pas les cisailles… »

L’esprit, agacé par ces suppliques inutiles, flatta ses blessures de ses mains invisibles, ce qui eut pour effet de le faire pleurer de douleur. Il voulut se dégager mais les mains invisibles le forçait à regarder les moindres faits à gestes de Zune. Il voulait reculer, se forcer à vider son esprit mais… tout ce qu’il voyait, était les sévices qu’elle lui réserverait avec ces cisailles.

« Non… non, non ! »


« Imbécile ! » lui hurla la voix." Réponds lui… si tu fais tout ce que je te dis peut-être… peut-être qu’on s’en sortira… qu’en penses tu ? ». Non, non… je ne veux pas. Je n’arrive même plus à penser !  Va t’en… « Aie confiance. Aie confiance ». Malik finit par lever la tête. Son regard était fiévreux…. Les mots peinaient à sortir de ses lèvres mais il réussit.

« Malik… Al-Harisse »

« Très bien… tu vois quand tu veux. Bien… laisse moi entrer dans ton corps à nouveau et laisse toi aller ! Laisse mes pouvoirs s’exacerber… tu ne le regretteras pas. Tu vas voir comme elle fera moins sa maline. De toute manière, tu ne pourras pas m’en empêcher. Je suis bien trop fort que toi. D’ailleurs… connais tu mon talent premier ? C’est le même que mademoiselle Zune… regardez bien ! »
Il reprit possession du corps de Malik qui regarda à nouveau Zune non sans lui adresser un sourire amusé.

« Tu vas me vider de mes entrailles ? Hoooo… ! Je suis certains que tu as bien plus original que ça ! Admire un peu l’artiste ? Tu te souviens de nos petites bagarres ? Moi, je trouve qu’il s’est terminé bien trop vite ! J’ai envie de continuer… tu m’as sauter la cervelle bien trop vite… ce n’est pas du jeu espèce de grosse SARDINE ! Je veux ma revanche. »

La cisaille sauta des mains de Zune de Laudreuil et traversa la pièce pour aller se planter dans le mur lambrissés. « Malik » émit un rire moqueur. C’était tellement amusant la télékinésie. L’objet ainsi planté dans le mur, il était hors d’atteinte pour le moment. A présent, il était à nouveau face à elle. Elle allait regretter de l’avoir étrangler de manière aussi lâche ! Elle regrettera… amérement. Il fixa à nouveau l’objet et le fit danser dans les airs, hors d’atteinte des mains de Zune. Quelle malchance. Il a fallut qu’elle ramène un idiot de Nécromancien incapable de contrôler ses pouvoirs, aussi ouvert qu’une maison sans verrou. Il savait qu’il détruisait complètement les défenses de ce dénommé « Malik ». S’il survivait, il attendrait de trouver un hôte plus puissant et de l’occuper. Occuper un aussi faible élément ne l’intéressait pas. Après tout, il risquerait d’avoir d’immenses dégats psychiques à cause de lui. Pas question de prendre des risques.

« Tu aimes ça Zunie ? Avoue le… que dirais tu de me laisser partir ? Je ne sais pas ce que dirais Raito s’il entendait quoique ce soit… »

Pour illustrer ses paroles, il fixa quelques boites remplie de jouets et d’autres effets personnels. Elles s’élevaient deux mètres au dessus du sol et… les écrasa avec fracas contre les murs ! Il allait faire du bruit jusqu’à ce que les habitants de la maison réagissent. Allez faites de la musique.

« Je vais sortir d’ici ! » hurla t-il « je ne supporte plus de te voir tous les jours ! Te hanter est une perte de temps car tu t’en fiches… tu t’en fiches complètement ! A quoi sers tu Zune ? A RIEN ! Alors pourquoi continuer à te hanter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Mar 20 Aoû - 22:19

Je dois dire que, perdue entre lassitude et instinct, la voix du jeune garçon ne m'atteignait plus. Pourquoï... Sérieusement pourquoï la Vampire aux cheveux roux était incapable d'en finir ? Tss, si ça continue j'vais appeler Raito pour qu'il me le finisse à ma place. Totalement timbrée, ouais, y'a de ça ! Pas moyen de tuer un tit pion de rien du tout ! Kss c'te galère... Mes mains bougeaient toute seule, par automatisme notamment. J'avais l'habitude de torturer au point que cela en était devenu une seconde nature chez moi. Je pouvais le faire en dormant sans réels soucis. Le plaisir venait là où il y avait de l'émotion, du ressentit... Que cela soit douleur, haine ou alors... Amour ? Je ne ressentais rien de tout cela pour ce gars-là. Une très légère pitié, trop peu pour que cela affecte mon caractère. Quelque part, oui, je le trouvais idiot et me serait sentie mal pour lui si les événements n'avaient pas étés tels qu'ils l'étaient. Mais les années m'avaient rendues trop insensible pour que je doive me contenter de cela comme purge pour tous ces sentiments oubliés. Le petit gars n'était qu'une vague idée, deux mots dans mon subconscient qui ne tarderaient pas trop à s'effacer. Je me demandais déjà où sera enterré le cadavre.

Cisailles en main, je me sentais déjà un peu plus motivée. Je pensais pouvoir continuer le jeu une petite dizaine d'heures, maintenant le corps en vie grâce au sang vampirique. J'étais assez bonne dans le fait de passer les heures, même si cela rendait malheureusement les choses "habituelles".


- Pas les… cisailles. Non, pas les cisailles…

Je frémis et baissa les armes, dévisageant le garçon.

- Toï, tu devrais consulter, t'as un sérieux problème de fantômes. Murmurais-je, totalement stoppée dans mon jeu.
- Malik… Al-Harisse.

- Cette question est passée de mode. Répondis-je immédiatement. On pouvait me targuer des défauts qu'on voulait, mais j'étais pas naïve. Si je fixais d'un air incertain l'ado', le plaignant intérieurement et imputant au Fantôme qui l'emmerdait son comportement débile des autres jours, je me doutais bien que l'issue serait la même.
Il y a des années de cela j'ai beaucoup souffert de me voir imposer cette idée de "croire aux fantômes" alors qu'une Nécromancienne fit soudainement apparaître à mes yeux tous les esprits qui me tournaient autour. Ma raison avait faillit me lâcher, à cette période, mais par coup de chance ma jumelle eut l'initiative de m'hypnotiser pour que "je n'y crois plus". Ainsi je ne les voyais plus tout en sachant au fond de moi qu'ils étaient là. Mais l'hypnose me bloquait alors, m'empêchant de me tracasser pour cela. Je fis une pause, m'installant sur un coffre, le visage contre mes poings, mes coudes sur les genoux, la cisaille sur mes cuisses.
Je suppose que t'as juste pas eu de chance. Murmurais-je.

- Tu vas me vider de mes entrailles ? Hoooo… ! Je suis certains que tu as bien plus original que ça ! Admire un peu l’artiste ? Tu te souviens de nos petites bagarres ? Moi, je trouve qu’il s’est terminé bien trop vite ! J’ai envie de continuer… tu m’as sauter la cervelle bien trop vite… ce n’est pas du jeu espèce de grosse SARDINE ! Je veux ma revanche.


Mon regard s'éclaira à nouveau, intéressé. Effectivement, ce n'était plus moi qui jouait, c'était lui qui jouait avec moi, choissant quand mes émotions passeront du je m'en foutisme le plus total à un "je vais te buter la gueule". Mais au fond, je savais que, quoï qu'il arrive, s'il y avait un pépin, je n'aurais qu'à hurler "Raitoooo !!" d'une voix incertaine et le jumeau accourra, appelant sur son talkie-walkie la Milice du coin, histoire de mettre à terre le Nécromancien. Pour expliquer à tout ce beau monde ce qu'il faisait dans mon grenier... On avisera un joli mensonge.
Sardine ? C'était marrant comme... WAIT.
La cisaille vola jusqu'au mur, d'un joli tour de poignet, je lui fit faire demi-tour et revenir illico dans mes mains.


- T'auras du mal à me surpasser à ce petit jeu. Un Fantôme de... Vampire ? Hein ? Ils ne sont pas censés ne pas exister ? Les Vampires ne finissent jamais en Fantômes d'habitude ! ...Toï, si Izzy venait à passer dans le coin, elle te disséquerait. Fis-je, amusée. Allons, allons, t'es qu'une merde, un bug de scénario et tes pouvoirs n'ont rien à voir avec ceux d'une héritière d'un Vampire Originel ! La cisaille lui fonça dessus, je la fis dévier au dernier moment de sa trajectoire, elle se planta dans le mur, au dessus de sa tête.

- Tu aimes ça Zunie ? Avoue le… que dirais tu de me laisser partir ? Je ne sais pas ce que dirais Raito s’il entendait quoique ce soit…

- Ne cherche pas des crosses à Raito, il a plus confiance en moi qu'en toï et s'il entendait quelque chose, il se dirait tout simplement que Zuny s'amuse.


Le ramdam qu'il fit couvrit presque mes paroles. Un rictus s'étalait sur mes lèvres alors que je m'étais déjà levée de mon coffre à jouet, lui faisant face. J'avançais vers lui alors que la cisaille retourna dans mes mains.

- Je vais sortir d’ici !  Je ne supporte plus de te voir tous les jours ! Te hanter est une perte de temps car tu t’en fiches… tu t’en fiches complètement ! A quoi sers tu Zune ? A RIEN ! Alors pourquoi continuer à te hanter ?


Je lui fonçais dessus, foutant une des lames de la cisaille dans sa bouche et l'autre contre sa joue. Il m'aura suffit d'appuyer pour lui faire un magnifique sourire de l'ange mais, pour le moment, la lame maintenait sa langue enfoncée dans sa bouche.
Crétin de saloperie de Fantôme ! Qu'en avait-je à faire de ta gueule ?! Était-ce moi qui avait demandée à refuser toute intimité durant ces siècles ?! Si t'as choisis de rester sur terre, t'assume et tu me casses pas les ovaires avec tes putains de gémissements de merde !! J'y peux rien si tu m'as gavée à l'époque mais là, t'y peux franchement quelque chose si tu me gaves maintenant !!


- Malik. Dis-je sur un ton impérieux. Je vais te laisser une chance. Je dis bien UNE chance de partir alors choisis bien ton camp ! Tu t'es associé à un Fantôme de merde qui s'est fait buté de mes mains il y a des années ! Tu crois franchement que maintenant que ses pouvoirs sont carrément diminués, il a une chance de s'en sortir ?! Bute-le. Les Nécromanciens peuvent faire ça. En échange je te relâche. Fait ton boulot d'exorciste et sort de ma baraque !!

Au moins si je pouvais être débarrassée d'un de ces cons, ça serait cool. Puis dans un sens, cela réglera mon problème de tuer ce petit péteux. Quand à ma réplique... Prems, c'était pas ma baraque, et ensuite je trouvais la phrase mal formulée mais dans le feu de l'action, je pensais pas trop à réfléchir. Mon cœur s'était même mit à battre, stressée que j'étais par ce foutu bordel. Si l'ado' à la con ne foutait rien, je le tuerais avec le Fantôme, en commençant par enfoncer la cisaille à l'intérieur de sa petite gorge. Raito n'était certes pas mon soucis premier car je savais qu'hormis une bonne engueulade, je ne risquais rien de lui -deux mois à la case prison peut-être ? Avant qu'il ne craque, sous les supplications incessantes de Maman. Nan, là, la situation me saoulait tellement que j'étais même prête à affronter les foudres du jumeau si cela permettait au Fantôme de crever finalement !

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Dim 15 Sep - 18:48

Sortir…. D’ici. 0 cette condition ? Autant lui demander de se délier par la seule force de ses dents. Cette folle lui faisait naitre de faux espoirs… Avait-elle le moindre bon sens ? Savait-elle qu’à cet âge là, aucun nécromancien vivant n’avait réussis d’exorcisme ? C’était un art difficile qui prenait bien des années avant d’aboutir. Et encore, certains abandonnaient avant même d’avoir franchit la première étape.
Mieux, son état laissait fort à désirer. Le sang coulait de son épaule et se mélangeait à l’urine qui souillait le sol ainsi que la merde. Ajoutez à cela la fatigue accumulée et l’inconfort qui l’avait empêcher de dormir. Et puis… ces fantômes et leurs visages si laids ! Si terribles ! Tourmentés ! Tous le regardaient comme s’ils allaient dévorer la moindre petite parcelle de sa chair. Il n’avait plus qu’à détourner la tête. Mais c’était sans compter sur la cisaille qui le menaçait de le défigurer. Non, vraiment,… voilà donc à quoi ressemble les gens de la villes… abrutis par les écrans, les idées reçus, incapable de faire leur bouffe tout seul, incapable de ne pas maltraiter autrui… si son village n’avait pas été rasé, jamais il ne serait venu ici. Et jamais il n’aurait perdu son temps avec une pauvre petite conne « ho je suis la plus grande vampire du monde ».

Malik ferma les yeux. Il devait se concentrer… mais déjà elle était sur le point de parler à nouveau. Il serra les dents et lâcha un « Fermez là… ! ». Non, il fallait du silence. Du silence. L’autre vampire s’était tu mais ne perdait pas de temps à rigoler comme une baleine échouer dans son estomac ! Sale petite crevure…
Tiens le coup. Allez, tiens le coup. Ferme les yeux. Et avant toute chose, choisis un endroit. Ne t’occupe pas du souvenir ni de la peine qu’il t’infligera. Choisit un moment, un endroit, un souvenir qui te fait du bien. Des  feuilles… un arbre… un rayon de soleil… Oui c’est cela… tes genoux  sont sur une grosse branche d’arbre. Il fait très chaud et il n’a pas plu depuis quinze lunes. Ce qu’il y a au dessus de ta tête n’est pas un toit de grenier. Mais un feuillage d’arbre. Le ciel est bleu. Même… trop brillant en fait. Le soleil semble prendre une grande place.

- Tu t’es encore fait mordre par une araignée ?

Cette voix… elle réveille de mauvais souvenirs mais il faut te concentrer sur les meilleurs. Elle est claire et pleine de joie de vivre.  Une main se pose sur ton épaule. Tu sursautes car le contact est douloureux. Mais pourquoi ? Tu te redresses et tu regardes ton frère poser quelque chose sur la plaie. Tu lui demandes ce qu’il fait.

"Je soigne cette piqure. Le demi oignon est efficace contre une piqure d’insecte.
"

Oui, c’’est vrai. Et ce geste te touche. Non pas sur le moment mais maintenant que tu as perdu ton frère… non ! n’oublie pas qu’il est peut-être vivant. Concentre toi sur le souvenir.
Ton frère te ressemble mais en plus jeune. Simplement il est moins grognon et bien plus doux que toi. Tu as toujours aimer ces deux éclats bleus qui te regardent toujours avec autant d’adoration. Voilà, maintenant il nettoie un peu la plaie.

Malik se concentrait. Son épaule trouée commençait à guérir à vue d’œil. Tenter cet exorcisme relevait du suicide dans un tel état. Laissons ces blessures se refermer. Voilà. C’est ça ! Elle te fait moins  mal. Maintenant l’autre. Elle cicatrise à vue d’œil. C’est un pouvoir qu’il possède depuis longtemps sans qu’il ne s’en est rendu compte. C’est une petite branche de la nécromancie. C’est par un souvenir mort qu’il peut soigner le temps présent vivant ! Mais pas complètement.
Malik voyait toujours son frère frotter ce demi oignon contre la piqure. C’était si reposant de le voir comme ça. Kadar aimait rendre service.  Surtout à son frère.
C’est par un souvenir comme celui-ci qu’il doit construire une muraille mentale afin de virer ce fantôme de sa tête. D’ailleurs ce dernier ne semblait pas aimer la météo qui ornait son souvenir. Oui il faisait beau. Chaud… et le soleil te grillerait sale maccabé si tu restes dans ma tête. Va t-en !
Le soleil devient  toujours plus meurtrier. Le fantôme commence à s’agiter en lui… il est faible, La vampire a raison. Mais il n’est qu’un simple  humain en cours d’apprentissage. Trop faible pour continuer. Ce qu’il peut c’est simplement l’affaiblir. S’il s’y prend assez bien, son esprit   se détruira de lui-même…


« Sale petit nécro…. ! j’aurais du te faire vomir ton estomac par le nez et les oreilles ! Tu vas le… non, pasle soleil ! Pas le soleil ! Je brule… ! Je brule ! ARRETE ! Je t’en supplie,  je t’en supplie ! Je t’en SUPPLIE ! »

Les barrières se dressaient toujours  plus dans sa tête. A chaque mur dressé, Malik éttait menacé de perdre connaissance et d’abattre ses barrières.Mais le fantôme serait si cruel dans ce cas qu’il valait mieux tenir le coup. Encore…

« - Malik… tu es soigné maintenant.
- C’est gentil Kadar. Tu retiens mieux toutes ces leçons que moi.
- Tu devrais t’y intéresser… tu oublierais ton envie de partir en ville. S’il te plait, ne pars pas…
- Je ne partirais pas. Allez… cesse d’avoir peur comme ça. Viens… 
Consoler son frère… l’embrasser sur la tempe et sécher ses larmes. Voilà ce qu’il savait faire de mieux.  Et voilà ce qui réussit à éjecter ce putain de fantôme hors de son corps »


L’esprit, qui n’était plus qu’une toute petite orbe, se démenait à rester aussi éclatante qu’une perle. Mais petit à petit, la voix du vampire disparaissait, comme brulé par un soleil qui n’existait que dans la tête et les souvenirs du futur nécromancien. Ce dernier s’évanouit même avant d’avoir pu constater son premier exorcisme. Mais cela lui a été fatal. Juste avant de perdre connaissance, il souffla :

« … salope… je me vengerais… »
Revenir en haut Aller en bas
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   Sam 21 Sep - 15:39

- … Salope… Je me vengerais…
-Alala, la ferme !


…Évanouit. Je pouvais pas faire grand-chose, j’ai même aucune certitude que tout cela est réel, que le fantôme est bien claqué. Serait-ce les hormones qui me jouent des tours ? Foutus saloperies ! L’histoire me gave déjà… Si seulement je n’étais pas si gentille… Je vois déjà mes ongles trancher sa gorge ! Je l’ai fait tant de fois…
Je me moque doucement du mioche, en piteux état. Forçant sur ma télékinésie et après avoir évidemment retiré la cisaille de sa bouche, je fais céder ses chaînes. Elles pourraient très bien revenir s’emmêler entre ses membres en un clin d’œil s’il moufte. Mais là, il ne bouge plus, il est calme… Presque… Normal.
Ce salopard de gosse dérangé semble presque attendrissant.
Je l’ai détaché et la logique veut que la pesanteur l’éclate violemment au sol. Je ne fais rien contre ce phénomène et le bruit de sa tronche contre le faux plancher est presque jouissif. Je l’aime pas, il me gave. Je déteste qu’on me manque de respect, sérieux !
Mais un marché est un marché, et même si j’ai pas de preuves de sa réussite, j’vais lui accorder une dérogation de contrat pour avoir une bonne raison d’le foutre à la porte de chez moi !
…Sauf que c’est pas chez moi.
Bon, on s’en fout. Je m’approche de lui et le retourne sur le dos. Il pionce toujours ? Parfait. Machinalement je m’entaille le poignet et lui faire boire mon sang… Enfin le force à le faire. Il dort et le sang coule dans sa gorge sans moufter. Il ne s’étouffe pas, c’est presque un miracle. Mais sa respiration est rauque et irrégulière. Elle s’adoucit au fur et à mesure que le sang coule dans sa bouche.


- Le sang des Vampires a des vertus régénératrices. T’en fait pas, c’est plutôt rare que je transforme un enfoiré en Vampire.

Le « plutôt » c’est pour l’autre con qui vient de claquer. Erreur de scénario, c’est carrément impossible que les Vampires reviennent en Fantômes… Ça se voit que le monde s’écroule, si même les règles les plus élémentaires de ce monde ne sont pas respectées !
Enfin, qui somme nous pour parler Fantômes ? Pour ma part, j’chuis une nana revenue fièrement d’entre les morts ! Hey, merci Papa… Enfoiré de connard.
Bref, bref, et breffouille ! Si seulement j’arrêtais de penser à des trucs cons, aussi… M’enfin, là, vu la connerie qui se dégage de ce gosse en face de moi, s’plutôt dur. J’attends que le sang finisse de le guérir puis je me relève et le contemple. Reste plus qu’à le foutre dehors… Et si je descendais un étage avant de le balancer par la fenêtre ? Si ça se trouve, il peut voler, hein ! Un piaf nécromancien… Qu’est-ce que ça serait comique ! Sérieux, foutue nuitée. Donc, j’en fais quoï ?
Le foutant sur mon dos, je mets en œuvre ma première idée, qui est de le jeter par la fenêtre. Raito est en bas, hors de question que je passe devant lui avec ce crétin sur le dos.
…Et un Nécromancien, ça vole mal ! Cocasse, ce moment où je me suis retenue d’éclater de rire –ou en sanglots, je sais pas- alors que je m’apprêtais à le balancer par la fenêtre ! La fenêtre grinçait énormément, d’ailleurs… Lui, il a atterrit dans les poubelles, deux étages plus bas. J’allais pas lui donner une douche avant de partir, non plus ! Hey, j’chuis pas une nonne ni une sainte, je fais comme je peux avec ce dont j’ai envie !
Le peu de bonté et de patience qui restaient en moi me poussa à aller voir s’il n’avait rien d’à nouveau cassé, depuis sa chute. Et il avait plutôt bien atterrit sur d’autres cadavres qui n’avaient pas eu la chance d’être virés de la maison en vie. C’était des esclaves qui avaient étés achetés pour ça, mais Raito n’aime pas que les cadavres trainent sous nos fenêtres tout de même. En même temps, il aime encore moins les voir dans la maison, la putréfaction lui filant vraisemblablement des sueurs froides…
Je m’approche pas trop de l’adolescent en rut, des fois qu’il se réveille suite à sa chute. J’observe, de loin, sa réaction, et s’il arrivera à rentrer tranquillement chez lui. Pour plus de confort, je monte sur le toit de la maison voisine, ayant une vue magnifique sur nos poubelles et donc le mioche. J’ai une bonne vue et peut donc voir de très loin, en tant que Vampire. Donc pas de soucis de ce côté-là, il est très net. Un peu plus et je demanderais des chips et du pop-corn… Puis ça m'étonnerait sérieusement que la première chose qu'il fasse au réveil sera de lever la tête vers moi. Nan, plus sérieusement, je l'observer jusqu'à l'aube et s'il ne se réveille pas avant, je rentre me pieuter ! S'il se réveille avant je le suis discrétos de loin et me barre s'il me repère. Aucune envie de retenter le dialogue, je tiens juste à... Comment dire ? M'assurer qu'il rentre bien ? Nan, j'déconne, j'chuis curieuse et j'ai rien à glander du reste de la nuit, c'est tout !


(Hrp// Laisse tomber le pouvoir de guérison/régénération, hormis la Nécromancie, t'es un humain normal. T'as pas ce pouvoir. :/ )

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nyahaha ! (Pv Malik)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nyahaha ! (Pv Malik)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Samia à l'hôpital {Guillaume, Malik, Ahmed ? Florent
» malik nassri
» malik nassri
» Zayn Malik | Frère, protecteur, doudou
» ALEX W. ATKINS ► zayn malik.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Manoir Berger :: Grenier-