Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I Need Something Called Distraction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: I Need Something Called Distraction   Mar 23 Juil - 10:25



- LAISSEZ-MOI PARTIR !!
Hurla une jolie voix féminine qui me cassa les oreilles. Je levais les yeux au ciel. Sabrina, derrière la porte, épiait. Elle m'agaçait doucement. Je soupirais et regarda celle qui se retrouvait ligotée sur le plancher de ma chambre.

- Allez, allez. Tu ne crois pas que je serais un peu faible si je te laissais partir au premier de tes caprices ?

Ses sourcils se fronçèrent d'indignation et ses lèvres tremblèrent.
- Mon... Mon Maître viendra me chercher ! Et il vous tuera !

Un sourire se dessina sur mon visage.
- Ça a l'air drôle

Un peu plus que d'entendre une greluche hurler. C'est pour ça que je préfère les cas désespérés. En général, ils ne se débattent pas ainsi. Comme si son Maître en avait quelque chose à faire d'elle. Aucune affiche, aucun gars sillonnant les rues à la recherche de son esclave... Il a prévenu la Milice, le gars, car il l'a croit en fuite !
La damoiselle se mit à sangloter, faisant secouer ses longs cheveux couleur caramel. Je les aurais bouffé si l'idée d'un goût crade et fade ne m'aurait arrêté. Bien sûr, quand la victime se débat, ça a son petit avantage de rendre la chasse plus intéressante. Mais là je trouvais ma poche de sang carrément lourde. Heureusement, pour sauver un peu la situation, son haut déchiré mettait en valeur une poitrine que je n'avais de cesse de reluquer. J'aurais peut-être dû la laisser mariner encore un ou deux jours, dans sa sueur, ses larmes et ses déjections, histoire de la rendre un peu plus serviable, mais pas moyen, la soif se faisait sentir. Je m'approchais d'elle, elle eut un réflexe de recul mais déjà mes crocs s'étaient plantés... Dans sa clavicule !


- AIE !

Oui, ma belle, ça fait mal. Je suçotais avidement les deux gouttes de sang qui en découlait puis la mordit dans le bras, là où il n'y avait toujours quasiment pas de sang, mais où ça fait toujours chier d'avoir deux petits trous.
Nouveau "aie", elle se débattait puis commença à paniquer. Je me pris un coup d'épaule dans le menton. Grr, saloperie.
Bon, bah manière forte, alors. Je lui choppait les cheveux et tirait dessus pour dégager sa nuque et relever sa tête, puis croqua un bon coup sec dans la jugulaire. Elle ne cria pas, mais je tentais tout de même de maîtriser le sang qui s'en échappait volontiers. Elle mourra trop tôt si je ne me dépêchais pas de la vider avant.
Le sang des morts, c'est pas franchement comestible.
Elle s'évanouit. Je la laissais sur le plancher, plaquant la blessure contre le tapis, espérant vaguement que cela servirait de garrot le temps que j'ai de nouveau soif.
Je me laissais tomber sur mon lit, les bras et jambes étendus comme une étoile de mer. Sabrina, à trop vouloir espionner, finit par faire s'ouvrir la porte et elle tomba sur le plancher de la chambre dans un bruit de porcelaine qui se craque. Elle venait de se casser le poignet.
J'y jettais un regard neutre et sans réelle expression. Elle venait juste de se punir elle-même de sa curiosité. J'aurais pû l'enfoncer, mais elle était déjà morte de trouille suite à cet incident. La Marionnette décampa sans demander son reste. Je baillais; elle avait laissée la porte ouverte. La flemme d'aller la fermer.


- Oy', Near !

Near qui passe dans le couloir. Il vient de changer la literie de la chambre de Belphégor. Le deuxième être qui squatte mes murs se retourne et remarque surtout le sang qui se répand sur le tapis. Cela lui suffit pour tuer le peu de chance qu'il y avait qu'il me réponde de manière douce et sympathique. Oui, j'ai bousillée mon tapis, et alors ? T'as qu'à le jeter si ça te saoule tellement de le laver. Pis sérieux, il est noir, alors le sang dessus... Ca se voit pas tellement.
Near ferme la porte et s'en va. Je suis à nouveau seule dans une chambre avec une gente dame... Nyan, c'est une saloperie. Bref, avec une mourante.
J'attends.... L’Animation. Je devrais peut-être sortir, mais cela changerait quoï ? Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de nouveau pour moi, dehors.
Entre les "laissez-moi tranquille !" ou les "par pitié, aidez-moi !", tout cela finit par revenir au même... Un cadavre qui se vide de son sang sur le tapis. Et moi ça me gonfle.
Encore si Near était pourvu de parties génitales, je pourrais bien m'amuser à le violer et cela me ferait passer le temps, mais... Rofl, même ça comme plan ça s'annoncerait nul. Un gars aussi inexpressif, si on le torture ou on le viol, Marionnette ou pas, y'aura pas moyen de lui arracher un cri.

La nana se réveille en pleurnichant. Je lève les yeux au ciel et demande d'un air las.

- Ça te dit de faire un contrat avec moi ?

Imiter Oni. Je suis tombée bien bas.
- Plutôt crever ! Crache sur le tapis presque propre une Esclave inélégante.
- Bah crève, murmurais-je en me levant. Elle m'avait coupée l'appétit, cette timbrée. D'un coup de talon, je lui brise la nuque.

- Neeeeaaaar !! Hurla ma voix chiante de gamine. S'il te plait, y'a moyen que tu t'occupes de sortir un cadavre avant qu'il shlingue ?
La flemme d'aller le sortir moi-même. Avait-il entendu au moins ? La damzelle m'avait même coupée toute libido', ça craint. Je vais tente de me remuer. Sortir, violer des mourants ou un délire du genre.
Je me lève, je me change. La nuisette d'hier est tâchée et usée et déchirée, de toute manière. Near entre dans la chambre à ce moment-là. Il ne s'occupe que de me débarrasser du cadavre et ne jette même pas un coup d'oeil intéressé à mes formes sèches. Légère grimace, je suis vexée. Remarque, je le fais un peu exprès. Je devrais être plus gentille avec lui, si je veux l'avoir dans la poche. Je devrais aussi lui montrer moins de cadavres. Notre relation conflictuel -je le cherche et il me fuit, m'amuse assez, mais j'ai envie... Je sais pas, il manque ce truc. Je crois qu'on appelle ça "de la confiance", ou un délire du genre. Je veux qu'il soit capable de se sacrifier si c'est pour me sauver. Si je le testais maintenant, il y aurait peu de chance qu'il le fasse et s'il le faisait, ça serait car il pensera qu'il s'agit de son devoir, de secourir sa Maîtresse. Nan, c'est nul comme raison.
Donc lui rendre des services, être gentille avec lui et... Putain, ça à l'air chiant comme d'égorger des chiens ! -j'ai trop égorgée de chiens pour trouver le jeu amusant désormais et je suis un peu en manque de comparaisons.
Bref, on verra bien si un jour la situation s'y propose. Je le vois tout doucement devenir mon Obsession et pour cause... Il n'y a aucun jouet qui tiens le coup à l'horizon. Ça sauvera peut-être le petit automate si je trouvais quelqu'un d'autre.
Allez, ce coup-ci, c'est décidé, je sors !

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
 

I Need Something Called Distraction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pendant la distraction pre-electorale, 30000 haitiens font face a la deportation
» Parce qu'il faut bien trouver une distraction (Elvir)
» Distraction pour Hommes Dangereux
» Distraction [au bal, libre] [BAL]
» La grande distraction des Peintures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Chambre de Zune-