Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Bienvenue à la Maison !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Bienvenue à la Maison !   Lun 22 Juil - 7:58


L'eau du bain coulait fébrilement sur la pierre de la baignoire. Elle était glacée et pour cause... J'aimais l'eau bouillante mais elle ne m'avait jamais aimée, tirant méchamment sur de vieilles cicatrices, anciennes plaies d'un passé troublé. Ma peau me brûlait, c'était cool si je pouvais éviter de la brûler.
Je me laissais presque tomber d'un seul coup dans cette eau gelé, ceci accompagné d'une grosse grimace.


- Brmf !

Je venais de descendre de l'avion, rentrer chez moi. J'avais retrouvée avec un sourire un peu faux Near et Sabrina, qui avaient judicieusement gardés la maison en mon absence. J'avais aussi vu Chloridrile, encore un tant soit peu vivant. Je n'avais pu comprendre si tout ce beau monde était heureux de me revoir ou s'en foutait- il m'avait suffit d'un regard un peu plus approfondis dans les yeux de Near pour voir qu'effectivement, mon retour n'avait pas été la plus grosse des attentes. L'amitié ne faisait pas partie du contrat même si je m'étais dit que dans leur cas, il se serait presque agit d'un défi.
L'eau glacé me faisait du bien et calmait mes plaies, mais elle était hautement désagréable. Je finis par craquer et faire couler de l'eau tiède ne serait-ce que cinq petites secondes. J'étais partie trois semaines tout au plus. Le temps de jouer un peu, là-bas, à Fantastica-
J'étais retournée sur les lieux qui avaient ponctués mes dernières années, ce continent abandonné-
J'avais pillé un marché aux esclaves, décimé un...
... Village Rebelle.

Mes souvenirs remontent vite vers ce lieu, c'était celui que j'avais visité en dernier, un peu comme une sorte d'Adieu.
On a pas de ça ici. C'est cool là-bas, on peut se défouler comme on veux sans avoir la Milice au cul. ... La Milice, justement ! Ils m'ont accueillis à bras ouverts " Comment va Raito-sama ? " Ooooh, toujours chiant et constipé, mais il m'a adressé un sourire, hier, alors peut-être qu'il est malade.
Raito-sama gère, il m'a humiliée la dernière fois que nous avons joués tout les deux. Je dois prendre ma revanche.
Ce village Rebelle, avec ma jolie relique de Leisey dans les mains, c'était cool, c'était trippant. Y'avait que des hybrides et des humains et c'est allé vite -trop vite pour que qui que ce soit se permette de me rappeler quelqu'un d'autre pour me faire regretter mon geste. Cette peur dans des yeux verts, bleus, violets, rouges, orangés...  Cette mère qui cache son gamin contre elle " Par pitié, épargnez-le ! " Bah quoï, il est mort vite. Rare que j'arrive à tuer des gamins, mais je me sentais d'humeur à niquer mon karma. Oh, une trentaine d'humains tout au plus, pris par surprise. J'ai faillis m'ennuyer. Femmes et enfants, et vieillards et quelques jeunes garçons qui se tenaient le ventre pour éviter que les trippes en ressortent trop vite. Pas que ça m'ait gavé, au contraire, j'en conserve un bon souvenir. Un instant, j'étais redevenue celle que j'étais puis je me suis dit...

" Merde, j'ai pas pensé à ramener de cadeaux-souvenirs pour les gosses ! "

Et c'est là que c'est devenu moins drôle. Parmi tout les morts du village j'entendais encore des pleurs, ça m'obsédait. Ou intriguait, je sais pas. Y'a pas grand chose qui puisse vraiment me secouer maintenant. Dans une des maisons baties sur ces ruines s'était trouvé un gars, enfermé. Il avait de grands yeux bleus glacés, un peu comme ceux de ma fille. Il puait le Vampire mais ses oreilles d'Hybrides -je sais pas trop ce que c'était... Loup, renard, chien ? Le trahissaient pas mal. Un peu comme mon Bel'. Putain, rien d'original ici non plus. J'ai fermée les yeux et j'ai pensé à Near, qui reste une relation "en attente". Me détestera-t-il ?
Dans ce village, ils ont enfermés un Vampire. J'ai désormais la tête sous l'eau, les souvenirs me reviennent plus facilement de cette manière, ça me fait un peu comme un film. Je souris. Les Vampires, ça respire que si ça veut, de toute manière. Mais j'aurais du mal à sortir de l'eau par la suite... Puis c'est si froid.
Ca ternit mes ardeurs. N'y tenant plus, du pied, je fais glisser le bouton d'eau chaude. La douleur est immédiate, mais après un gémissement qui emplit mes poumons d'eau -saloperie, de toute manière, ils ont pas besoin de marcher, lol ! Je tente d'oublier la douleur et ça marche plutôt pas mal car j'ai déjà vécu pire.


" Laisse-moi deviner, t'es l'un des leurs qui s'est fait transformé et pis maintenant ils hésitent à te tuer ? "

Tant mieux pour toï, tout le monde est mort dehors. J'ai viré ses chaînes, me demandant quand j'allais le tuer. Il avait de longs cheveux qui ruisselaient sur ses épaules, il n'était pas original, presque ennuyeux. Il y avait de la peur dans son regard, ses sens de Vampire l'avaient clairement informé de la tuerie. Il tenta de m'attaquer.
Je lui enfonçais le crâne contre le mur de chaume, qui s'effondra sur notre gueule.
Il se réveilla cloué au sol par une épée enfoncée dans la gorge. Dur de crier ainsi. J'ai été la plus rapide.
Il y avait aussi cette fille, celle qui me ressemblait, au marché d'esclaves de la Cité. La peau jaune et les cheveux rouges, cet air déterminé dans le regard. Elle m'a fait rire. Une doppelgänger ? J'en suis pas morte pour autant, mais elle si. Alors peut-être que ça porte vraiment malheur, de croiser sa double.
On a bien rigolé toutes les deux et j'ai même crut que c'était la fille que j'attendais. Même physique, même caractère. Une doublure en cas de coups durs, une amie pour le reste du temps ? Elle a clamsé de manière idiote, en plus. Un katana planté droit dans le coeur, une balle dans la tête. Elle avait qu'à pas chercher des crosses à la Milice, j'étais pas ici pour la défendre. Quand elle est morte... J'ai rit.
Mais c'était pas drôle.

Je suis retournée voir les "expériences" que j'avais laissée plantées là-bas, et je suis rentrée avec une jeune Manticore planquée dans un sac. Comment ça, trafic d'Hybrides ? Mais non, elle est à moi. Je l'y ait laissée y'a un bail, enfin. J'y ait laissée ses parents et me suis de loin occupée du placement de la gamine en maison close. J'chuis retournée la chercher parce que... Je sais pas, je trouverais certainement quelque chose à en faire. J'en avais envie, point barre. Enfermée à la cave, ça la change un peu des clients obsédés par le derrière.
Son frère, je l'ai laissé là-bas, il m'attend impatiemment car je lui ait pas laissé comprendre que c'est moi qui lui ait pourris sa vie pour ensuite jouer la super-héros en l'en sauvant. De toute manière, même si on lui foutait la vérité sous les yeux, il ne voudrait pas comprendre, il me prends pour Dieu.
Mon cul, j'chuis une Démone à ma manière.
Des yeux noirs et des papattes à la place des pieds. Celui-ci parle car, au début, les Manticores c'en était pas encore et j'ai eu les spécimens avant que la race soit stabilisée.

Enfin, on s'en fout de tout ça. Je ressort doucement de l'eau. C'est difficile car tout mon corps en semble imbibé. Mes poumons se battent et recrachent l'eau en trop. C'est dégueulasse, j'ai l'impression de vomir. Je ramène mes cheveux loin de devant ma gueule. Je vais aller voir Near avant d'aller dire à Oni
" Hey, I'm back ! ".

- Je t'ai manquée ?

Demande une paumée en nuisette transparente. Pas moyen d'exciter sa libido, il n'en a pas, il n'a même pas de parties génitales. Mais c'est un réflexe et j'ai l'air pitoyable, ma voix hésite même.
L'automate rouillé tourne sa tête vers moi. Il était en train de mettre la table alors que personne ici ne mange vraiment. C'est un réflexe chez lui, et d'un air gêné de ma part, il lis sur son visage qu'il est défaillant. Il retient plus ce détail que la phrase que j'ai prononcée et, après s'en être rappelé, hésite longtemps sur la réponse. J'ai attrapée un pan de ma nuisette et l'ait serré, comme par réflexe.
Il ne répond pas, baisse la tête. Ca, ça veut dire non. Il commence à débarrasser. Je balance les assiettes de porcelaine sur le sol. Il aura du boulot en moins comme ça.
Je le laisse ramasser les morceaux. Y'a des pas presque énervés qui s'entendent dans le couloir alors que je tombe sur Sabrina. Elle m'agrippe le bras. J'aurais pû être méchante et lui arracher le sien, mais je m'arrête.


- Vous allez bien ?

Non.
Elle a un visage inquiet, mais c'est car elle est trop gentille. Ça va lui causer des problèmes car un jour, je vais la briser en miettes. Elle ne peut s'empêcher d'aider une personne en détresse et quand elle trouvera la fille enfermée à la cave, elle lui retirera ses liens et lui amènera de la nourriture en cachette. Elle n'a pas peur d'être punie car, il me semble, elle n'a aucun égo et ne pense qu'aux autres. Je lui souris et passe ma main dans ses cheveux. Je l'embrasse alors que repasse dans ma tête l'image du Vampire bizarroïde planté dans le sol et dont son sang ruisselle de mon épée. L'ais-je violé ? Mes sourcils se froncent alors que ma mémoire fait défaut. Sabrina a posée sa main sur ses lèvres. Déstabilisée une seule seconde, elle finit par me demander si je suis fatiguée.


- Pour la énième fois, je suis nocturne et il n'est que dix heures du soir.

Elle ne le retiendra pas, elle est brisée, elle aussi. Je suis entourée d'incapables, mais ça fait partie de leurs charmes.
Belphégor n'est pas ici. Mon protégé a prit ses jambes à son cou et un jour il comprendra que ça aussi, c'est le meilleur moyen pour se retrouver mort, un jour où j'aurais paumée le contrôle. Je regrette que les choses aillent si mal entre nous, mais il est en manque d'ennemis et je lui en ait trop fait baver pour qu'il me pardonne. Il se prend pour un grand, mais restera un Esclave quoïqu'il fasse. C'est ça, sa tragédie.
Assise sur une marche de l'escalier, j'observe Near, dans la salle à manger, au bout du couloir. Il ramasse encore les morceaux d'assiettes brisées. J'ai envie de l'aider mais la frustration que je ressent lorsque je suis près de lui m'en empêche. C'est trop demander d'être adulée par ses sous-fifres ? Ce gars aux papattes, à Fantastica, il s'était flanqué à mes pieds et m'avait prié.
Remarque, c'est moi qui les ais choisis. Si je veux être respectée je devrais me montrer plus insistante, si je veux réellement les sentir au creux de ma main, je devrais leur faire du mal.
Mais la flemme.


" On n'a pas besoin d'assiettes, de toute manière. " Murmurais-je. Faux, il en faut pour le quatre heure des garçons.

Je n'ai pas manqué à Near car il n'a aucune notion du temps et car il ne m'aime pas. Il me tolère tout comme je le tolère ici -faux, je voudrais le posséder, je voudrais qu'il me supplie de ne pas partir quand je vais faire les courses.
J'ai manquée à Sabrina qui s'est sentie seule et s'est inquiétée pour moi. Mais comme je ne suis pas partie longtemps, elle ne m'a pas regrettée.
Belphégor a été heureux de mon absence. Bad point.
Izzy ne s'en est guère souciée, c'est assez courant que je disparaisse durant quelques temps. Les gamins ont dû penser pareil même si je leur ait probablement manqués, ils ont l'habitude. Je n'ai pas manquée à Ruko qui ne m'aime pas. Ni à Raito qui a aussi l'habitude de ne pas me voir et pour Oni'... Il a surement dû penser à moi de temps à autre.
Bienvenue chez moi.

On se sent seule parfois. D'ailleurs, plus de nouvelles de Raracha. Peut-être est-il mort. ou me fait-il la gueule car sa sœur a été engrossée par mon novice... Plus mon problème, vu que Bellou me hait. Il devra se démerder tout seul pour le gamin.
Je manque de passer à la cave, mais je me dirige vers la sortie. Un peu comme un Fantôme, je sais pas vraiment où je vais et mes pas sont guidés par autre chose que par moi. Je m'approche du Jouet gris et dépose un baiser sur ses lèvres au moment où il se redresse enfin. Il a des éclats d'assiettes enfoncés dans sa chair de plastique. Ses yeux se sont agrandis sur la surprise et c'est la première fois que je le vois exprimer quelque chose. Je souris, satisfaite.


" Tu gagnerais à être plus expressif. " Mais je l'aime bien comme ça. Il a reculé, plus choqué qu'autre chose, je pense que des questions défilent dans sa tête. Je sors dehors. Non, je fuis. Puis je suis en nuisette. Excellent, c'est la tenue parfaite pour aller voir Oni !

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
 

Bienvenue à la Maison !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue à la maison de poupée !
» bienvenue....a la maison...>.<
» Élévation a la prêtrise des clercs Ecm & Torcal
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Salle de Bain-