Our Lands
Hé... Non ! Étranger, ton chemin s'arrête ici.
Our Lands est un forum-privé ! Tu n'auras le droit de t'y inscrire qu'après avoir remplis les critères requis dans les autres continents !
A ta droite se trouve quatre autres lieux de cette planète. Dreadful ; Fantastica ; Rosaire ; Nórë.
Choisis ta destination !


Chut.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Méandres... J'adore ce nom !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zune De Laudreuil
avatar

partie moisir dans un coin

Feuille de Personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Look Actuel:

MessageSujet: Méandres... J'adore ce nom !   Mer 26 Juin - 2:59

"Mon petit protégé"... Ouais, c'est un peu cliché comme surnom. Je me transformais en Ombre, lentement, doucement, m'imbibant des moindres faits et gestes qu'un Bellou "normalisé" faisait. Il avait reprit du poil de la bête depuis ses longues séances de torture au laboratoire et je dois bien dire que si j'avais trouvée à profiter de ces moments où il ne pouvait quitter son lit, tremblant comme une feuille et son si joli regard perdu dans le vague, à la recherche de quelques chimères inexistantes... Il était plutôt sympa comme ça aussi. Il avait l'air sûr de lui, fier même, et me lançait dès à présent un regard féroce. Le petit chiot croquait la vie à pleine dent, et ça n'avait jamais été aussi ironique de dire cela.
Le cannibale avait pourtant fait bien des progrès depuis cette époque où il ne pouvait placer une phrase dans ses pensées confuses. Les jours et les heures avaient eues raisons de lui, l’amenant peu à peu à se comporter comme un être civilisé. Il avait prit possession du manoir, que je squattais rarement et avait fait de sa chambre la pièce central, y amenant meubles et décorations. Ainsi que ses conquêtes. Car Sieur Belphégor ne restait pas inactif et chacune de ses victimes était courageusement choisie, avec un goût extraordinaire que je commençais à perdre -à mon grand damne, toutes mes victimes commencent à se ressembler et pas une ne m'en rappelle une autre. Pour le Novice, c'était totalement autre chose. Il découvrait et apprenait, vivait des histoires d'amours passagères et se frottait allégrement à la Milice, ne craignant même pas la mort qui l'avoisinait pourtant de si près. Moi, je pris rapidement l'habitude de rester à une dizaines de pas de lui, l'observant calmement et regardant, épiant, scrutant avidement ses actions. Je ne me ment pas ; j'aurais aimé être à sa place. Mais cela m'amusait de découvrir un jeune Vampire qui découvrait lui-même. Je cessais d'agir pour être celle qui observe. Je n'étais plus le destin mais le temps. Bel n'était pas toujours au courant de ma présence, mais quand il me remarquait, il le faisait savoir, se figeant longuement, arrêtant ses actes en attendant que je me cache ailleurs ou plus loin. Il détestait se sentir épié, il s'y habituera. Durant ce temps où le jeune chiot se découvrait, il eut le temps de vivre une véritable histoire d'amour, qu'il termina sans trop de casse, résigné à laisser partir la jeune marionnette dont il s'était entiché. J'avais à cette époque prétextée un voyage au loin mais n'avait pu m'empêcher d'assister à tout cela, une pointe au coeur et un lourd et pesant sentiment de jalousie dans l'âme... Si tant est que j'en ait toujours une.
J'ai bien entendue tenter de me dissocier du jeune Wolfberg, allant emmerder Izzy tant que je le pouvais ou me noyer dans la débauche du marché, au point de griller le peu de réputation que mon prestigieux nom pouvait encore m'apporter. M'enfin, à part deux ou trois jeunes esclaves aux rondeurs suaves et aux cris tendres, rien ne m'avait réellement marquer. Tout cela restait fade et j'enviait la jeunesse qui apportait tant de vie à mon novice.
Belphégor pavanait, Belphégor s'amusait, Belphégor riait. Et l'Envie manqua plusieurs fois de me pousser à le tuer, chose que je retenais bon gré mal gré. Le frisson écoeurant provoqué par cette pensée étant plus tentant que l'idée concrète d'avoir créer un novice "pour rien". Même si ce qui me dérangerait le plus là-dedans aurait été de m'être rendue redevable envers Raito pour un but que j'avais moi-même plombé.
L'enfant avait vite grandit, bien plus vite que les miens, dira-t-on, et ce n'est pas la courte apparition ou réapparition de ce qui reste de sa mère qui en dira le contraire. En effet, Salsifi, relâchée en pleine nature, a eu le cran de passer quelques jours chez moi. Izzy a tenue parole, l'implantation de cerveau était parfaite, mais se faisant, le problème ne concernait plus Belphégor, il me concernait moi.
Car ces derniers mois ont aussi vu la mort de Lys Mare. Lys Mare, c'était... Comment dire ? Un coup d'un soir, une jeune Uma aux formes rondes et à la peau ferme et grasse. Oui, sa poitrine était énorme et ses yeux brillaient lorsqu'elle pleurait. Mais ce n'est pas tout ce que j'ai retenu d'elle. Enfin... Je l'espère. Nan, sérieusement, je sais plus.
Je suis allée rendre visite à l'Infamie la semaine dernière et puis... La pièce du laboratoire dans laquelle la jeune Lys avait été retenue était vide. Izzy m'a par la suite dit qu'elle était morte durant sa sixième grossesse, chose assez logique quand on voit ce qu'ils lui implantaient dans le ventre. Ça m'a fait un choque, mais j'ai finit par retourner chez moi. Je crois que le plus frustrant dans tout ça, c'est qu'il ne reste aucune trace d'elle.
C'est le cerveau encore palpitant de Lys qui a été implanté dans la boite crannienne de Salsifi Wolfberg. Et je remercie l'esprit hautement tordu de ma jumelle pour avoir conçu telle chose. Dans ce nouveau corps, celui d'une Lycante, le premier geste de l'ancienne Expérience a été de me retrouver... C'est Bellou qui a ouvert la porte.
Il l'a refermé aussi sec.
Je ne garde pas un très mauvais souvenir de ce passage à vide, où le laboratoire m'a vraiment fait flipper pour commencer à être plus tordu que moi. En réalité, j'étais pas franchement auprès de Lys-Salsifi qui commençait à perdre les pédales et qui a eut le droit à un petit temps d'hébergement dans notre grenier. Nan, je suis revenue une fois celle-ci décampé je ne sais où. J'ai, durant cette absence, eut le temps de m'occuper un peu de moi-même. J'ai pas vraiment fait le point car j'ai oubliée que c'était ce que j'avais à faire. Je suis allée du côté des Manticores.
Marrant, après un échec, il y a trois cents ans, les laboratoires relancent un "esclave à bas prix". Il y avait eu une histoire, il y a longtemps, avec des Esclaves-Expériences aux yeux tout rouge. On les appelaient les Red Eyes. Enfin, c'est compliqué, mais pour faire simple, c'était comme des Manticores. Et pis z'ont fait un flop. Car on maltraite déjà les Esclaves alors quelque chose qui vaut moins qu'un Esclave... On en fait quoï ? Est-ce qu'il existe quelque chose de pire que d'utiliser un Esclave pour un usage unique ? Non. Personne ne savait comment réagir avec ces bestioles qui ont servit de marche-pied pendant les dix ans de leur commercialisation. Remarque, les yeux rouges ça redevient à la mode maintenant. On en voit partout !
Mais rien à voir avec les Red Eyes, nan, ce coup-ci c'est orgeuil débordant pour les Guerriers de Gaïa aux yeux rouges. Bon, je vais pas y voir une certaine ironie. Les Gaïens ont jamais connus les Red Eyes et ne sont aucunement liés avec ces bestioles produits à la chaîne et en moins d'une centaine d'exemplaires. Mais le destin est quand même vachement drôle parfois.
Bref, je disait, les Manticores... Vouées à l'échec. J'éternue, Bel tourne la tête vers moi. Il a l'air surpris, car une Vampire n'éternue pas. Il finit par retourner à son livre. Car Bel lit. Depuis peu, il a décidé d'apprendre à lire tout seul, comme un grand, refusant les cours que je me proposais de lui donner. Il m'a bluffé. Mais pour le moment, son niveau de lecture ne dépasse pas les manuels de bricolage. Il tente d'utiliser les bouquins comme aide pour sa vie de tout les jours et non comme échappatoire.
Manticore, Manticore, Manticore... L'autre nuit, j'ai un peu traînée avec l'un de cette nouvelle espèce. Pratique, des Esclaves qui parlent pas. Pas moyen de savoir qu'en réalité, ils pensent comme nous. Les gens sont dingues, mais c'est pas grave, car je tenterais de l'être plus qu'eux. Il avait les cheveux mauves et longs. Enfin, jusqu'aux épaules. Un petit visage princier et des yeux bridés bleus. Il était plutôt cool et avait une bonne petite musculature. L’avantage de créer des jouets soit-même, c'est d'en pouvoir contrôler l'apparence et effectivement, les nouveaux Red Eyes sont pas mal foutus. Je me demande s'il y a moyen que je retourne me distraire avec le petit prince mauve... Il doit toujours être dans la planque où je l'ai laissé. Décidément, il faudrait que j'arrête de chercher à remplacer Sean, ça fait flag. Bel commence à s'endormir, y'a sa tête qui dodeline d'avant en arrière. Il va bientôt se manger le bouquin s'il continue à piquer du nez. Et Dieu sait que les bouquins c'est pas bon.
Des nouvelles de Maman ? Oui, une lettre. Elle s’inquiétait pour Bel. Elle est marrante, elle. J'lui ait répondu que c'était pas ses affaires et que ça sera certainement lui qui lui répondra la prochaine fois. Papa... On s'est vite fait parlés, sa dépression s'est aggravée un tant, "mais là ça a l'air d'aller mieux". Je le hais pour m'avoir forcé à lui dire des trucs gentils alors que je lui en veut toujours pour tellement de trucs ! M'enfin, j'ai eu l'occasion de lui rappeler ma vieille rancune alors c'était pas totalement perdu, ce séjour expresse à Rosaire.
On s'habitue vite à avoir un squatteur chez soit. Surtout que Bel est pas franchement le seul à hanter les couloirs. J'ai ramenée deux marionnettes pour surveiller les intrus. Sabrina et Near. Sabrina, c'est pourris comme nom, j'vais p'tet le lui changer. Je leur parle pas vraiment et ils sont pas si causant que ça. En même temps, on a chacun ce qu'on veut. La paix, un endroit où se reposer sans qu'on vienne nous faire chier, et un logis en sécurité. Pourquoï râler plus loin ?
Il y a toujours Chloridrile qui surveille l'entrée. J'ai suivit les conseils de Raito et ait installé l'Expérience dans une niche. C'est avilissant mais il a pas vraiment les facultés mentales pour le comprendre. Je vois le temps défiler vite et j'ai carrément oubliée combien il lui en restait à vivre. La petite télécommande, là pour enclencher les micros-bombes dans son corps est toujours à portée de pattes... Et je pourrais le faire exploser si je voulais. L'idée est marrante mais je ne ferais jamais ça, car il est dans mon camp.
Pis p'tet parce que je suis pas méchante au point de buter mes alliés... Enfin, je sais pas, ça dépend des alliés. La vérité est que je suis plutôt calme ces temps-ci et même si ça me saoule carrément, je suis en phase de me racheter un karma.
La pleine lune brille dans le ciel, mais elle est depuis longtemps loin de son centre. En gros il fera bientôt journée et les lumières des réverbères qui pavent le chemin menant au manoir se reflètent de manière diffuse à travers les carreaux de la fenêtre. J'ai passée la nuit à fixer les briques du mur. Enfin, une bonne partie en tout cas. Juste à côté de mon regard brûle le feu de la cheminée. Je pourrais cramer la maison. Une pulsion, une envie soudaine... Mais non, je le fais pas. J'imagine presque avec délice les cris d'agonie de Bel si cela avait été, ne serait-ce qu'une seconde, le cas. Si cette envie avait été forte au point de l'immoler vif. Son regard suppliant, plein d'incompréhension... Se changeant subitement en haine au moment précis et fatidique d'une mort plus que violente...! Bel, Bel, Bel... Que vais-je bien faire de toï ? Petite chose dont le sort ne tient qu'au fait que je t'aime trop pour te tuer.
Viendra le jour où je l'aimerais trop pour ne pas le tuer. Où cette affection placide et chaleureuse se transformera en une passion dévorante. Ce jour-là je m'amuserais et cessera de me remettre en question.
Désormais on ne dit plus Hybride Lycante Vampire, on dit Chimère. Et c'est bien plus simple. Maman, t'es une Chimère. Et certainement la plus réelle de toute. Maman, t'as eu des soucis ces derniers temps. Des Démons à tuer, n'est-ce pas ? Je hais la fille qui t'as fait ce mal, qu'elle soit de la famille ou non et je t'ai bien aidé lorsque tu avais besoin de moi. Lorsque l'inverse arrivera, je ne te pardonnerais pas si tu m'oublies.
Je suis fatiguée... Et sérieusement, qui irait essayer de voler l'identité de ma mère ? Les gens sont débiles.
Je me lève et fait mine de prendre Bel dans les bras pour l'amener à sa chambre. Il ouvre un œil, puis l'autre et me regarde. Non, je n'allais pas t'étrangler. Allez, va te pieuter, crétin, il est tard. Il regarde par la fenêtre et comprend... Il aurait pû brûler vif en restant ainsi exposé aux rayons de soleil à venir. Il ferme son bouquin et le pose sur le canapé. Il va dans sa chambre. Quant à moi je traînasse un peu, rebutée à l'idée de dormir, réconforté à celle de pouvoir tenir plus longtemps que d'autre face à cette fournaise infernal qu'est le jour. Je ne sais que faire pour demain et n'ait pas forcément d'envie. Je ne veux ni bouger, ni entretenir mes relations. Mes enfants, Oni, la famille. C'est tout. Le reste je m'en fiche. J'évite même Sabrina qui ne me voit même pas. La vieille Marionnette est défectueuse, bonne à jeter, et c'est certainement pour cela qu'elle a très bien sa place à mes côtés.
...Ourf, ça me va vraiment pas, de déprimer. Les temps changent, il faut que je me mette au goût du jour. Entre mon Père toujours dépressif et ma Mère totalement omnibulée par sa religion... Sérieusement ? Le temps ne réussit pas aux Vampires et j'espère trouver ma voie au fil des années.
Que vais-je fais lorsque Ruko sera trop vieille pour vivre ? Lorsque Zwei puis Yuroh deviendront des petits squelettes usés et vieillis par la patine du temps ? Être mère m'a soudainement rendue mortelle et je hais ces heures qui s'écoulent un peu comme un robinet qui goutte, nous faisant forcément nous rendre compte de leur présence. J'ai peur de perdre ce qui me sont chers et je hais ce sentiment.
Je trouverais un moyen de les rendre immortels.
Pour m'occuper l'esprit, je peux très bien retourner chasser parmi le marché, espérant trouver, cette fois, une pièce unique, insolite et exceptionnelle, qui saura m'arrêter un instant et me faire comprendre qu'elle a besoin qu'une folle en rouge entre dans sa vie.
Trop de garçons à mes côtés, je veux une fille suppliante qui m'appelle "Maîtresse" d'une petite voix amourachée. Sabrina, décidément, fait défaut dans ce rôle et ressemble plus à une vieille copine qu'autre chose. On ne se parle jamais, elle fait son travail... Et puis le problème c'est qu'elle saigne plus que difficilement. Et que si je la torture, je vais devoir la remonter ensuite. Puis côté confidentialité...
J'ai aussi ce problème qui fait que les remords s'accumulent au fur et à mesure que ma vie est placée sur un podium. Si je broie Sabrina, Belphégor sera le premier à le remarquer, puis Near. Et enfin viendront le tour des petiots qui, en passant chez moi, se demanderont où se trouve la servante de porcelaine.
C'est pas du tout trippant quand on vous juge sur vos actions. J'ai besoin d'intimité... Je crois. Du regard des gens que je ne connais pas... Mais je ne supporte pas d'être jugée, pointée du doigt, par ceux que je connais. Entendre "c'est Zune qui a encore fait une connerie", "non, mais regarde de quoï elle est capable !" c'est plus que saoulant... Je voudrais... Un peu qu'on m'oublie. Que mon Manoir isolé le soit réellement, mais j'ai l'impression que le petit harem qui y traîne se trouve plus être des colocataires qu'autre chose. Je suis trop gentille et devrait me montrer impitoyable pour rétablir ici-bas mon statut de Maîtresse. Avec eux, c'est bien trop tard, alors je devrais tout simplement les éliminer pour recommencer ailleurs ce que j'aurais dû créer ici. Mais bon, c'est nulle, chiant et lourd à faire. Peut-être faire ça à côté... Quand j'aurais l'temps... J'chais pas, moi !
C'est un peu pour cela que le Petit Prince Mauve est resté dans le taudis où je l'ai abandonné. S'il y est toujours, je lui rendrais une visite, demain... Il est pas franchement méchant, peut-être même affectueux et s'est plutôt vite habitué à mon mode de fonctionnement... Il semble même tirer de l'amusement lorsque je lui demande de m'aider dans ce que je suis incapable de...
Au fur et à mesure que j'y pense, mon intérêt pour lui décroit. Soyons sérieux un instant; c'est qu'une teub avec un joli minois. Il copule, je le regarde faire en tripotant la fille que je lui ait amené. C'est naze et ça manque de rom-an-tisme ♥
... Ou pas. La vie est cruelle, rêche, et elle est comme ça. J'en sais rien. Du tragique ? Peut-être son visage si je l'étrangle lentement, mais là encore, j'y vois pas l'intérêt. Le pauvre choux crèvera lentement de faim là où je l'ai abandonné, il ne me sert à rien. Trouver quelque chose... Mais quoï ?
Allez voir Oni ? Je le vois tellement. Je ne sais plus quoï lui dire. Je peux aller dormir avec Bel mais je ne supporterais pas son regard semi apitoyé, semi amusé. Il sait qu'il a souvent le dessus sur moi et fait plus qu'en profiter, m'abandonnant souvent au moment où je souhaiterais qu'il reste. Il n'est plus allé jusqu'au bout avec moi depuis cette nuit où j'avais trop bu et lui avait pour la première fois laissé les commandes. Maintenant, lorsqu'il a un service à me demander, il commence à me déshabiller et attend que je craque pour me laisser nue, en plan, ou alors pire, hébétée en pleine action.
C'est un beau salopard mais je ne peux pas franchement lui en vouloir. Je connais ses antécédents et on sait tout les deux pourquoï il prend tant de plaisirs à me voler petits à petits tous les droits que j'ai sur lui. Le pauvre chiot a peur de se retrouver à nouveau en laisse, mais il m'y mets lentement et tous mes muscles tendent vers ce désir de se retrouver de nouveau totalement accro à un petit goût sucré.
Je pète un câble, il serait peut-être temps de passer à autre chose. Je haïrais devoir le tuer si je sens que je commence à trop perdre le contrôle sur lui. Cela fait longtemps que mon jouet a quitté son coffre pour aller vivre sa propre vie. Il a désormais des jouets à lui et cela ne le gène pas d'aller jusqu'à cacher ses attributs d'Hybride pour ressemble au parfait Petit Vampire. Je suis sa tutrice et il ne serait jamais aussi important pour moi que le sont mes fils. Il ne volera jamais l'admiration que j'ai pour Oni non plus. Mais je dois avouer qu'il arrive encore à m'intriguer et pour le moment, j'ai besoin de lui.
J'ai soif, je suis fatiguée. Je vous salue bien bas et vous souhaite une bonne nuit !

_____________________________________________________________________________________

<< Il pleut de la neige, il neige des cadavres! >>
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
 

Méandres... J'adore ce nom !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Méandres du temps
» Et dans les méandres de mon coeur, je persiste à croire que c'est là une erreur [Rose]
» L'avenir s'enracine toujours dans les méandres du passé.| PV Nuage du Crépuscule |
» T'embêter ? J'adore ça! ► Feat. DrewDrew Carter
» je te hais de tout mon corps mais je t'adore (jamie&sarah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Lands :: Salon-